Vol MH17 : les séparatistes remettent les boîtes noires aux Malaisiens

le
1
Vol MH17 : les séparatistes remettent les boîtes noires aux Malaisiens
Vol MH17 : les séparatistes remettent les boîtes noires aux Malaisiens

Alors que les pressions exercées sur Moscou ne cessent de s'intensifier, les rebelles pro-russes qui contrôlent la zone dans lequel le Boeing 777 de la Malaysia Airlines s'est écrasé jeudi ont montré des signes d'ouverture encourageants lundi soir.

Ils ont en effet  remis à des responsables malaisiens les deux boîtes noires de l'avion de lign, et annoncé un cessez-le-feu dans un rayon de 10 km autour du site du crash, pour faciliter l'enquête sur les causes de sa chute, due, selon les Etats-Unis, à un missile tiré depuis leur zone

Par ailleurs, les cinq wagons transportant les corps de 282 des 298 passagers et membres de l'équipage victimes du crash jeudi du Boeing 777 de Malaysia Airlines ont quitté lundi soir la gare de Torez, dans la zone contrôlée par les séparatistes.

Pression diplomatique croissante

Un peu plus tôt dans la soirée, le Conseil de sécurité a adopté une résolution en ce sens réclamant des séparatistes qu'ils permettent un accès libre et sécurisé au site du crash, protègent «l'intégrité» du site et cessent les hostilités dans cette zone, tout en condamnant l'attaque.

Le Britannique David Cameron a appelé l'UE à adopter des sanctions économiques d'envergure contre la Russie et à cesser toute vente d'armes à ce pays, pointant du doigt celles de la France, alors que les chefs des diplomaties européennes se réuniront mardi. Pour le président américain Barack Obama, «Poutine doit forcer les séparatistes à coopérer».  

Le ministère russe de la Défense affirme, lui, n'avoir fourni aucun missile Bouk aux séparatistes ukrainiens. Il laisse entendre qu'un avion militaire de Kiev volait près du Boeing 777. Un missile air-air aurait pu avoir  été tiré...

Tandis que l'affaire de l'avion malaisien affaiblit de facto la position internationale des séparatistes et du Kremlin, l'armée ukrainienne cherche à marquer des points sur le terrain. Un bombardement d'artillerie a été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9390997 le lundi 21 juil 2014 à 16:12

    Ce couloir aérien aurait du être fermé, les US avaient prévenu du danger de l emprunter. La raison économique du moment l avait emporté ! A mon retour du Vietnam, je suis passé par l Ukraine, j ai eu de la change.