Vol de 52 kilos de cocaïne au 36 : le suspect invoque les "méthodes de la brigade des stups"

le , mis à jour le
0
Le siège de la PJ au 36 quai des Orfèvres à Paris.
Le siège de la PJ au 36 quai des Orfèvres à Paris.

Pour le parquet de Paris qui a renvoyé le brigadier Jonathan Guyot, 35 ans, devant le tribunal pour avoir volé 52 kilos de cocaïne dans les scellés de la brigade des stups du 36 Quai des Orfèvres, la responsabilité unique de l'auteur présumé ne fait aucun doute. Si de nombreux éléments sont accablants, notamment la subornation de témoins ou les sommes d'argent dissimulées à la manière des dealers ? jusqu'à 400 000 euros au total retrouvés chez l'ex-policier et certains de ses proches ?, les preuves matérielles font pourtant défaut à l'accusation.

La vidéosurveillance située à l'entrée du 36 et les images des caméras situées sur le parcours du voleur n'ont pas permis d'identifier Guyot, ainsi que l'explique l'expert désigné par les juges Patrick Gachon et Jean Gervillié : « Pour l'ensemble des vidéos, l'ensemble des prises de vues, la compression est trop importante pour permettre l'obtention de détails sur l'individu ou le véhicule. Concernant l'individu, obtenir le visage est impossible, il porte une casquette et baisse la tête à l'approche des caméras. Les vêtements ne comportent aucun logo ou marque distinctifs. » Et l'analyste d'enfoncer le clou : « La majorité des caméras n'est pas adaptée à l'enregistrement en mode nocturne. » Or, les faits se sont déroulés dans la nuit du 24 au 25 juillet 2014.

Les « fonds d'un informateur »

Dans un courrier, jamais rendu public à ce...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant