Voile - Vendée Globe : Le Cam : « Mon objectif, c'est le premier tiers »

le
0
Voile - Vendée Globe : Le Cam : « Mon objectif, c'est le premier tiers »
Voile - Vendée Globe : Le Cam : « Mon objectif, c'est le premier tiers »

La 8eme édition du Vendée Globe débutera aux Sables d’Olonne le 6 novembre prochain. A 57 ans, Jean Le Cam affine sa préparation pour son quatrième tour du monde. Le skipper de Finistère Mer Vent est revenu sur ses objectifs et ses projets.

Jean Le Cam embarque pour un nouveau Vendée Globe. Le natif de Quimper sera bien du départ aux Sables d’Olonne pour sa quatrième participation au plus célèbre des tours du monde en solitaire. « Le Roi Jean » s’en réjouit d’avance : « Le Vendée Globe, c’est une belle aventure, une belle histoire. Ce qu’on espère tous, c’est d’être au départ et après d’être à l’arrivée, mais ça c’est autre chose. J’ai fait un tour du monde avec ce bateau-là il y a deux ans. Là, en quatre ans, ça fera mon troisième tour du monde, c’est une aventure humaine qui me plaît bien. C’est à la fois une préparation technique, c’est des défis, c’est de l’innovation, c’est des rencontres... »

Le Cam : « La préparation d’un Vendée Globe, ça ne se fait pas en cinq minutes »

Pour cette nouvelle édition, Jean Le Cam naviguera sur un monocoque nommé Finistère Mer Vent. Le skipper breton le sait très bien, un tour du monde en solitaire nécessite une bonne préparation en amont : « La préparation d’un Vendée Globe, ça ne se fait pas en cinq minutes. Forcément, ça se fait avec des hommes qui y croient. Toute la préparation de fond, c'est-à-dire le bateau, la quille, le mât... Tout ce qui est électronique, informatique, motorisation, tout ça, c’est fait. On a pris un peu plus de retard sur les commandes des voiles parce que ce sont de gros investissements, que ce soit pour les voiles ou les gréements (l’ensemble des pièces fixes et mobiles d’un navire, ndlr). On a un certain nombre de partenaires qui nous ont donné un coup de main là-dessus. »

Le Cam : « Un projet sur la durée »

Deuxième du Vendée Globe en 2004-2005, cinquième lors de l’édition 2012-2013, Le Cam avait en revanche dû abandonner suite à un chavirage à l’Ouest du Cap Horn en 2008-2009. Cette année, le skipper de 57 ans revient avec de nouvelles ambitions : « Mon objectif sportif, sur le papier, c’est de me situer dans le premier tiers. Sur 28 ou 30 bateaux au départ, on va dire qu’il y en a cinq derrière qui n’arrivent pas et cinq devant qui n’arrivent pas non plus, moi je me trouverai naturellement dans les cinq-six premières places, ou mieux, on ne sait jamais. » A bord de son monocoque Finistère Mer Vent, Jean Le Cam prépare déjà l’après Vendée Globe : « Il faut savoir que derrière, on a un projet de développement. Ce ne sera pas seulement un Vendée Globe avec un début et une fin, c’est un projet qui s’inscrit sur la durée, et c’est ça qui est important ». Début de l’aventure le 6 novembre prochain. Avec N.B
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant