Voile ? Vendée Globe : "L'impression de sortir d'un match de boxe !"

le
0
Jérémie Beyou, sur la ligne d'arrivée hier. De voir tous les spectateurs, les vedettes autour de moi, le beau temps et Les Sables-d?Olonne en ligne de mire, c?était intense !
Jérémie Beyou, sur la ligne d'arrivée hier. De voir tous les spectateurs, les vedettes autour de moi, le beau temps et Les Sables-d?Olonne en ligne de mire, c?était intense !

Mercredi après-midi, le chenal des Sables-d'Olonne avait des allures d'arrivée du Vendée Globe. Des centaines de badauds s'étaient massés sur les pontons pour voir débarquer le gagnant de la Transat New York-Vendée, la dernière répétition d'ampleur avant le tour du monde en solitaire en novembre prochain. Et le premier à franchir la ligne d'arrivée aura été le Breton Jérémie Beyou, qui a traversé l'Atlantique en un peu plus de neuf jours. « J'étais impatient de pouvoir enfin me mesurer aux autres, en conditions réelles », confiait-il avant le départ de la Transat, lui qui raconte chaque mois sa préparation sur Le Point.fr.

Pour la première fois, celui qui compte trois victoires à la Solitaire du Figaro s'impose à bord d'un monocoque 60 pieds (18,28 m). Mieux, Jérémie, qui aura quarante ans le 26 juin prochain, a pu tester en condition de course son bateau, Maître Coq, et la fiabilité de ses foils (ces appendices destinés à gagner en vitesse). Ce jeudi matin, au lendemain de sa victoire, Jérémie Beyou est revenu après une grasse matinée bien méritée sur les joies de cette arrivée et sur ses perspectives.

L'émotion. « J'ai ressenti un plaisir immense en franchissant la ligne d'arrivée. C'est une récompense pour tout le travail qu'on a entrepris pendant des mois. De voir tous les spectateurs, les vedettes autour de moi, le beau temps et Les Sables-d'Olonne en ligne de mire,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant