Voile: Tanguy de Lamotte, petit Poucet et grand coeur

le
0
LE VENDÉE GLOBE, PREMIER TOUR DU MONDE POUR TANGUY DE LAMOTTE
LE VENDÉE GLOBE, PREMIER TOUR DU MONDE POUR TANGUY DE LAMOTTE

par Sophie Greuil

PARIS (Reuters) - En s'élançant samedi dans le Vendée Globe, son premier tour du monde, Tanguy de Lamotte fera ses premiers pas sur un 60 pieds en course sans pression du résultat "mais avec l'objectif de repasser devant le phare des Sables d'Olonne".

L'un des quatre bizuths de cette septième édition, qui n'a passé que deux fois l'Equateur, se définit comme "un petit Poucet qui ne se voile pas la face" sur le site de l'association pour l'enfance dont il arborera les couleurs.

A 34 ans, il va franchir un cap dans un parcours riche qui a naturellement nourri son envie de faire enfin le tour du monde, comme il l'explique dans un entretien à Reuters.

"J'ai participé au Tour de France à la voile, à la Mini-Transat où je fais septième en 2005, la Route du Rhum où je fais 14e en 2010, la Jacques Vabre, la Fastnet Race où je fais premier en Class40 en 2011, et la Solidaire du Chocolat où je fais septième avec (l'ancien perchiste) Jean Galfione, en 2012", détaille-t-il.

"Après, il ne faut pas creuser très loin pour trouver l'envie de faire un tour du monde. Là, j'ai senti qu'il était temps. Maintenant, si je mets cent jours, mon orgueil personnel n'en prendra pas un coup", assure celui qui est surnommé "Tatoo".

UN TOUR AVEC ELLEN

S'il sait manquer d'expérience, Tanguy de Lamotte s'appuie "sur de vrais bagages en technicité, en architecture, en bonnes analyses du pourquoi et comment, en lecture des chiffres."

"Personne ne peut me raconter ce que je vais vivre, impossible de tout mesurer avant. Mon envie, énorme, devrait faire la différence pour que mon bateau sorte du lot", espère-t-il.

Il est épaulé par une équipe restreinte et "faite de débrouille entre mon frère, ma cousine et des copains" et n'en part que plus léger, "sans la pression du résultat, sans avoir la poignée dans le coin mais sans, non plus, partir en croisière", prévient-il.

A six ans, Tanguy de Lamotte avait opté pour le judo. Mais à 15, ce combattant à la ceinture marron fut fauché par deux blessures aux cervicales.

Par hasard, le Versaillais s'est alors tourné, grâce à son professeur de sport, vers la voile et le Trophée des Lycées où il termine premier du classement des lycées non-côtiers en 1997.

"De fil en aiguille, j'ai gravi les échelons en course. Puis je me suis retrouvé en stage, en Angleterre, chez Ellen MacArthur, à préparer son bateau pour son Vendée Globe, qui termina second en 2001", raconte-t-il.

"Petit à petit, moi qui voulais être pilote de chasse, j'ai réalisé que la voile serait ma vie", résume cet employé d'une société d'accastillage, intermédiaire entre pontons et bureaux d'études, à Honfleur (Calvados).

UN TOUR POUR DES ENFANTS

Tanguy de Lamotte, "skipper du coeur", deviendra samedi le premier skipper de l'histoire du Vendée Globe à partir sous les couleurs d'une association.

Engagé auprès de "Mécénat Chirurgie Cardiaque", association qui aide des enfants atteints de malformation cardiaque dans le monde entier, il escompte "récolter au moins 70.000 euros (et) inciter le public à aller sur notre site internet pour aider".

"L'objectif de ce défi humain est, avant tout, de sauver un maximum d'enfants", dit-il.

Omniprésente sur sa voile, l'enfance sera aussi présente à bord où il espère emmener une hache d'indien dans ses bagages.

"Lors de ma Mini-Transat, j'ai emporté celle que j'avais quand j'étais gamin. Depuis, j'ai perdu ce jouet. Mais, si j'en retrouve une avant de partir, dans un kit de déguisement, je l'emporterai comme signe de ma détermination", dit-il.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant