Voile - Route du rhum : Loïck Peyron, itinéraire d'un géant des océans

le
0
Loïck Peyron n'avait jamais fait mieux que cinquième sur la Route du rhum, lui qui n'a manqué aucune des sept dernières éditions.
Loïck Peyron n'avait jamais fait mieux que cinquième sur la Route du rhum, lui qui n'a manqué aucune des sept dernières éditions.

Il s'appelait Happy. Loïck Peyron était allé chercher ce petit trimaran jaune de 12 mètres en Angleterre, il l'avait travaillé, façonné. Objectif : que ce bateau dessiné par Walter Greene, considéré comme le pape du trimaran, soit le plus semblable possible à l'Olympus-Photo de Mike Birch, premier vainqueur de la Route du rhum en 1978. Loïck Peyron tenait son challenge, éloigné de la course à la performance qu'allaient se livrer les autres skippers. Mais ça, c'était avant. Car à la mi-août, Ronan Lucas, le directeur technique de Banque Populaire, cherche à le joindre, multiplie les coups de fil. Il y a urgence : Armel Le Cléac'h, son skipper qui doit s'aligner pour la course, a le poignet droit en vrac à la suite d'un accident domestique. Qui pour le remplacer à bord de ce géant de 31,50 m ?

Une occasion qui ne se refuse pas

Lorsque Ronan Lucas arrive enfin à joindre Loïck Peyron, le skipper a déjà compris. "Il n'a pas eu besoin de finir, a-t-il expliqué au journal L'Équipe. Que voulais-tu qu'il me propose d'autre ? Ouvrir un compte à la Banque populaire ? C'était déjà fait !" Le skipper refuse une première fois avant d'accepter. L'occasion est belle : il y a quatre ans, ce trimaran qui portait alors les couleurs de Groupama 3 avait permis à Franck Cammas de remporter...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant