Voile - Coupe de l'America : Le coup de gueule de Franck Cammas

le
0
Voile - Coupe de l'America : Le coup de gueule de Franck Cammas
Voile - Coupe de l'America : Le coup de gueule de Franck Cammas

A moins d’un an du début de la Coupe de l’America, Franck Cammas, le skipper français du Groupama Team France, engagé dans la compétition, déplore la frilosité des investisseurs français ainsi que le peu de soutien des entreprises de notre pays.

Alors que la Coupe de l’America 2017 approche à grands pas, il manque encore quatre millions d’euros au défi français pour boucler son budget prévisionnel. Des cinq challengers, Groupama Team France est en effet celui qui est à ce jour le moins bien loti dans ce domaine. Un manque de soutien qui énerve beaucoup Franck Cammas. Interrogé à ce sujet ce dimanche dans le JDD, le skipper français n’hésite pas à montrer du doigt les principaux responsables qui font que le bateau français, même s’il devrait être tout de même au départ, sera loin de partir avec tous les atouts de son côté.

« On met tous nos moyens en F1 »

« Certaines de nos entreprises manquent de patriotisme, ça me déçoit, déplore Cammas dans le Journal du Dimanche. Pour nous financer et nous aider techniquement, avoir Airbus, par exemple, ce serait parfait. Mais ils ont choisi d’être partenaire d’Oracle. On a aussi approché Renault, notamment pour utiliser sa soufflerie de Formule 1. Réponse : on met tous nos moyens en F1. » Le navigateur ne comprend pas cette frilosité des investisseurs français, d’autant qu’il estime qu’il est difficile de proposer plus belle vitrine pour les sponsors que la Coupe de l’America, comme il paraît plus compliqué de mettre en avant le savoir-faire et l’expertise à la française.

Sans le changement de règlements...

« Le bateau est la plateforme idéale pour montrer les compétences de nos ingénieurs et de nos constructeurs. C’est bénéfique dans les deux sens. » La seule réjouissance de Franck Cammas vient des nouveaux règlements. « S’ils n’avaient pas changé en 2015, pour réduire les coûts, on ne serait sans doute même pas là. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant