Voies sur berge : bataille juridique entre l'État et Paris

le
0
François Fillon s'est appuyé sur les réserves de la commission d'enquête qui avait validé le projet pour demander à la municipalité des études complémentaires.

Les 2,3 km de bords de Seine entre le pont Royal et le pont de l'Alma seront-ils un jour transformés en espace piétonnier? Rien n'est moins sûr. Alors que les travaux devaient démarrer fin mars, l'État, propriétaire des quais via le Port autonome, a décidé de bloquer le projet. «Nous avions l'aval du préfet de police, celui des architectes des Bâtiments de France, la seule autorisation qui nous manquait encore était celle des autorités portuaires», déplore-t-on à la Mairie.

Petit rappel des faits: jeudi dernier, le premier ministre François Fillon envoie un courrier au Maire de Paris dans lequel il estime ne pas pouvoir cautionner «dans l'immédiat» le projet de réaménagement des voies sur berge de la rive gauche souhaité par la municipalité. Motif invoqué: les «défauts» du projet, en clair la réversibilité des aménagements et la nécessité de préserver l'activité portuaire. Deux réserves suspensives déjà émises en octobre par la commission d'enquê

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant