Voici les villes les plus chères du monde pour les expatriés

le
2

Le classement comprend 207 métropoles, et prend en compte environ 200 paramètres. Cinq des dix premières villes sont asiatiques. Paris n’arrive qu’au 46e rang.

Luanda, Hong Kong et Zurich sont les villes les plus chères du monde pour les expatriés, dans un classement dominé par les villes asiatiques et suisses, selon l’étude annuelle du cabinet américain Mercer publiée mercredi. Pour la troisième année consécutive, la capitale angolaise est en tête des villes les plus onéreuses. Une position due au coûts des produits importés d’une part, et au budget que doivent prévoir les expatriés pour leur sécurité d’autre part, précise Mercer dans un communiqué.

L’étude annuelle de Mercer est particulièrement suivie par les gouvernements et les entreprises qui prennent en compte son classement pour calculer les indemnités d’expatriation de leurs employés. L’enquête prend pour référence la ville de New York et passe en revue 207 métropoles dont elle compare plus de 200 paramètres, comme le coût du transport, de la nourriture, de l’habillement, des loisirs, des appareils ménagers et du logement.

Cinq des dix premières villes du classement sont asiatiques: Hong Kong (2e), Singapour (4e), Shanghai (6e), Pékin (7e) et Séoul (8e).

Multiplication de postes d’expatriés dans les multinationales

«Les villes chinoises ont fait un bond dans le classement en raison du renforcement du yuan chinois et des prix élevés des biens à la consommation pour les expatriés», a expliqué dans le communiqué Nathalie Constantin-Métral, analyste chez Mercer. Et trois autres sont suisses: Zurich (3), Genève (5) et Berne (9). Une situation due notamment à l’appréciation du franc suisse face à l’euro.

La baisse de la monnaie unique face au dollar fait du reste dégringoler la plupart des villes de la zone euro, ainsi Paris recule de 19 places au 46e rang, Vienne perd 24 places à la 56e, Rome recule de 28 places à la 59e. Londres reste quand à elle à la 12e place du classement. Mécaniquement les villes américaines progressent pour la plupart. New York reste toutefois également stable à la 16e place. Les villes les moins chères pour les expatriés, selon Mercer, sont Bichkek au Kirghizstan (au 207e), Windhoek en Namibi (206e) et Karachi au Pakistan (205e).

«Au moment où l’économie mondiale est de plus en plus interconnectée, 43% des organisations multinationales s’attendent à une augmentation de leur nombre de postes d’expatriés dans les deux prochaines années pour faire face à leurs besoins», indique Ilya Bonic, du cabinet Mercer, citée dans le communiqué.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ttini le mercredi 17 juin 2015 à 12:14

    Paris est chère par rapport au niveau de vie qui ne cesse de baisser en France. Et malheureusement on va continuer à plonger, mais je préfèrerais me tromper.

  • pelochon le mercredi 17 juin 2015 à 11:52

    Alors Paris n'est pas chère, contrairement à ce qu'on nous rabâche... La loi de l'encadrement des loyers est mal à propos, et ne sert qu'à séduire un électorat et/ou la gauche du parti...