Voici les plus belles gares routières du monde

le
0

EN IMAGES - Le ministre de l’économie Emmanuel Macron a soutenu le développement de ce mode de transport et de grands architectes lui consacrent d’impressionnantes gares. La preuve en images que le bus c’est (parfois) beau.

C’est un classement aussi incontournable que celui que ce site britannique consacre aux toilettes publiques: DesignCurial vient de publier son palmarès 2016 des plus belles gares routières. En voici quelques-uns des lauréats les plus marquants. L’occasion de rappeler (ou de découvrir) qu’il peut y avoir de la noblesse dans ces bâtiments destinés à accueillir les voyageurs en attente de leur moyen de transport.

Installé dans la banlieue d’Amsterdam depuis plus de 10 ans, cet arrêt de bus orange a été réalisé par le cabinet de Rotterdam NIO Architecten. Avec des dimensions de 50m x 10m x 5m, cet abri en mousse de polystyrène et polyester serait la plus grande structure de ce type en matériau synthétique. L’ensemble évoque la gueule d’une baleine et serait aussi une référence à l’œuvre de l’architecte Oscar Niemeyer.

Hommage au découvreur des ondes infrarouges

Cette impressionnante gare routière est celle de Slough, dans le comté de Berkshire, au sud de l’Angleterre. Son toit ondulé dessiné par le cabinet londonien Bblur Architecture fait référence à l’astronome local, William Herschel , qui a découvert les ondes infrarouges en 1800. Tout en rondeur, l’infrastructure intègre de longs passages piétons couverts pour protéger les voyageurs de la pluie ainsi qu’un espace de vente de tickets, un café, une salle d’attente, des toilettes ainsi qu’un espace destiné aux chauffeurs.

À Hambourg, la gare routière Poppenbüttel a été réalisée par les architectes Blunck+Morgen. Sur 1800 m², la structure semble flotter et dégage une impression de légèreté. Cette gare contemporaine évoque à la fois une soucoupe volante pour le bâtiment principal et une aile vitrée pour les quais de bus. Une invitation au voyage.

Quant à la gare routière de Norwich, en Grande-Bretagne, elle offre un profil anguleux et effilé avec des panneaux d’aluminium reprenant la forme d’une feuille. Sa toiture sophistiquée est partiellement en verre, permettant de laisser circuler l’air par ses ouvertures tout en assurant lumière naturelle et protection contre la pluie.

S’il a couronné de grandes réalisations, le jury de Designcurial n’a pas oublié de distinguer de plus modestes arrêts de bus. Il en a ainsi retenu deux à Krombach, dans le Vorarlberg, en Autriche. Le premier est l’œuvre de l’architecte en vogue Sou Fujimoto qui doit réaliser le projet 1000 arbres à Paris. On lui doit cette élégante réalisation avec ses tiges de métal blanches et ses marches permettant d’escalader le tout. En revanche, pas sûr que les voyageurs soient protégés du vent ou de la pluie. Quant à la seconde réalisation de Krombach, bien plus massive, elle rend hommage au travail du bois dans cette région en pointe dans la construction écologique. Plus exotique et dépaysant, ce surprenant arrêt de bus installé dans la campagne abkhaze, en Géorgie. Sa forme de coquille et l’utilisation de mosaïque colorée peut rappeler l’œuvre du maître catalan Antoni Gaudi. Un arrêt qui figure parmi les 150 immortalisés à travers l’ex-URSS par le photographe canadien Christopher Herwig.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant