Voici le premier immeuble de bureau tout habillé de Corian

le
0

EN IMAGES - Un hôtel, une clinique dentaire et maintenant tout un immeuble de bureaux. Le matériau mis au point par DuPont, après avoir été largement utilisé dans les cuisines fait son apparition sur les façades.

Il aura fallu attendre près de 50 ans après son invention pour que le Corian s’aventure sur les façades d’immeuble. C’est en effet en 1967 que DuPont a mis au point ce matériau constitué pour deux tiers de charges minérales et un tiers de résine acrylique. Malgré son coût élevé, le produit séduit et est largement utilisé pour la fabrication de plans de travail de cuisine ou de surfaces de salle de bains. On l’apprécie notamment pour sa robustesse alliée à sa douceur ainsi que pour son rendu.

Depuis peu, il s’affirme comme un matériau à part entière pour l’habillage des façades. Au sud de Paris, à Montrouge, l’Insee devrait bientôt s’installer dans ses nouveaux locaux: l’immeuble White et ses 23.800 m² entièrement revêtu de Corian blanc. Il devient ainsi le premier immeuble de bureau à recourir à ce matériau et ne fait pas les choses à moitié: les immenses plaques assemblées en forme de Tétris sur la façade totalisent 2400 m².

Diffusion douce de la lumière

Pourquoi alors s’être risqué à jouer les précurseurs avec ce type de produit? «Il est vrai que son usage en extérieur est récent et nécessite un travail sur place mais nous avons pu constater à Bordeaux sur un hôtel qui y a eu recours, que le matériau vieillissait bien», souligne Yamine Kasmi, Construction manager chez AG Real Estate France, l’un des promoteurs du lieu (associé aux Nouveaux constructeurs). Et surtout, certaines de ses qualités sont très appréciables en façade: «Il est dense, n’attrape pas la lumière, est facile d’entretien et diffuse la lumière de manière douce», précise Yamine Kasmi. Et pour les mauvais esprits, sachez qu’en cas de présence de graffitis, le matériau se ponce comme du bois.

Pour les architectes, il s’agissait de s’insérer dans le paysage industriel de Montrouge, tout en donnant une nouvelle existence à des locaux ,autrefois propriété de France Télécom. Au final le choix s’est porté sur d’immenses baies vitrées avec une alternance de plein et de vide , «la plus monolithique et la plus abstraite possible». Un ensemble de lignes pures où le blanc est omniprésent et auquel le noir répond dans quelques espaces (entrée, restaurant...). Et pour profiter pleinement de ces grandes ouvertures, le dernier étage s’ouvre sur d’immenses terrasses ceinturant tout le niveau.

Les lieux ont séduit l’Insee, qui doit prendre possession de ces nouveaux bureaux avec ses 1200 salariés, à compter du 1er juillet 2017, le temps que les bureaux soient aménagés. L’unique occupant des lieux signera alors un bail assorti d’une option d’achat. Ultime attention pour les salariés nostalgiques de leurs anciens locaux (s’il y en a): la terrasse offre une vue sur la tour emblématique de Malakoff occupée par l’Insee jusqu’à maintenant.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant