Voici le nouveau visage de la CGT

le
9
Voici le nouveau visage de la CGT
Voici le nouveau visage de la CGT

Il aborde d'épaisses moustaches noires (« Ce sont des vraies ! » précise-t-il). Il a une réputation de « dur en affaires » et de bosseur. Il affiche un CV de militant de terrain, forgé au contact des ouvriers du centre historique cégétiste de Renault Boulogne-Billancourt... en phase avec le Parti communiste. Jusqu'ici inconnu du grand public, Philippe Martinez, 53 ans, sera, sans nul doute, le nouveau visage de la CGT à partir d'aujourd'hui. Au moins jusqu'au prochain congrès, prévu au premier semestre 2016.

Ce matin, le parlement de la centrale de Montreuil (le comité confédéral national) se réunit -- une nouvelle fois -- dans l'espoir de voir sortir une épaisse fumée blanche. « Il y a urgence », répète-t-on en interne. L'annonce de l'intronisation du successeur de Thierry Lepaon s'est trop fait attendre. A l'Elysée, on indique presque comme une évidence : « Philippe Martinez est le candidat qui va gagner par épuisement collectif. » Voilà pourquoi le vote attendu aujourd'hui promet d'être sans grande surprise. Le ras-le-bol des militants est palpable. Hâte de tourner la page d'une CGT embourbée depuis trois mois dans une crise sans précédent déclenchée par les affaires Lepaon, du nom de l'ex-numéro un, devenu un repoussoir pour toute une partie du syndicat. Ce dernier ne sera pas là ce matin pour féliciter son poulain, alors qu'il a porté la candidature de Philippe Martinez, et causé du coup quelques problèmes d'image à ce dernier. « Jamais je ne laisserai dire que Thierry Lepaon est un voleur », plaide son successeur, comme pour l'excuser.

Visage rassembleur

Une lourde tâche attend donc celui qui va devoir rendre à la centrale un visage rassembleur. Et redorer le blason d'une CGT touchée au c½ur de ses valeurs. Philippe Martinez a déjà « su jouer l'ouverture », parvient à « déléguer », « ne fait pas de bling-bling ». Mais, pour le reste, beaucoup « attendent de voir avant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mardi 3 fév 2015 à 09:41

    les ANTI-TOUT............... on ne prend pas les mêmes et on recommence!!!!

  • M8252219 le mardi 3 fév 2015 à 09:23

    Le défenseur :des salariés privilégiés en statuts spéciaux et des fonctionnaires clientèle bien entretenue du PS

  • MIKE3000 le mardi 3 fév 2015 à 08:55

    Quand je pense qu'à l'Elysée le petit pére du peuple cautionne cela!

  • MIKE3000 le mardi 3 fév 2015 à 08:53

    "Une lourde tâche attend donc celui qui va devoir rendre à la centrale un visage rassembleur": comme s'il savait ce qu'est que se donner à la tache, ce n'est qu'une tache!

  • MIKE3000 le mardi 3 fév 2015 à 08:51

    Il ressemble, à s'y méprendre, au "petit pére du peuple" ...

  • msoulie3 le mardi 3 fév 2015 à 08:14

    La C.G.T. represente combien de personnes du monde du travail (monde du travail tout compris) , et combien d'ouvriers ????Pourquoi parler de "fumée blanche", car c'est lors de l'election du Pape, que cette expression est employée. Il est, à ce point, remarquable cet homme?Espagnol d'origine comme manuel ?

  • JERIKAE2 le mardi 3 fév 2015 à 07:55

    sydicat bien subventionné par l etat comme tous les autres d ailleurs

  • JERIKAE2 le mardi 3 fév 2015 à 07:54

    ressemble a staline ! ca promet

  • dcabon le mardi 3 fév 2015 à 07:05

    Il a la bonne tête de syndicaliste têtu, qui ne comprend rien au monde des PME. Ce n'est pas demain la veille que ce syndicat pou.rri fera progresser les choses en France.