Voici la facture pour la France en cas de défaut de la Grèce

le , mis à jour à 18:55
10
Voici la facture pour la France en cas de défaut de la Grèce
Voici la facture pour la France en cas de défaut de la Grèce

Le «non» au référendum de dimanche est clair : les Grecs ne se laisseront pas dicter leur loi par les marchés financiers, quitte à couper tous les ponts avec la zone euro et annoncer un défaut de paiement. La France serait elle redevable de l'argent prêté à son homologue grec ? C'est en tout cas l'avis d'Albéric de Montgolfier, sénateur Républicain de l'Eure-et-Loire.

Mercredi, le sénateur a présenté un rapport fixant le prix d'un «grexit» pour la France. Et l'addition s'annonce salée : dans le pire des cas, c'est 65 milliards d'euros que risque de supporter le contribuable.

Combien a-t-on prêté à la Grèce?

Tout commence en novembre 2009. C'est à cette période que Georges Papandréou, alors premier ministre grec, révèle que son pays a sous-estimé le mauvais état de ses finances. En mai 2010, en marge du plan d'aide global déployé par le Fond Monétaire International (FMI) et l'Union Européenne, la France prête 11,3 milliards d'euros à la Grèce. Le remboursement de cet emprunt devait commencer en janvier 2020.

Quel est le montant garanti par la France ?

Mais ce premier programme se révèle rapidement insuffisant. En 2012, la Grèce continue de sombrer dans la crise et ne parvient pas à s'en sortir. Le moment pour la zone Euro d'établir un nouveau plan d'aide. Parmi les différentes mesures, un nouveau plan est créé : 171,6 milliards d'euros financés sont débloqués par le Fond Européen de Stabilité Financière (FESF).

La France fait ici office de garant : elle offre une garantie dans la possibilité où la Grèce ne paierait pas ses dettes. Cette garantie est pourtant comptée dans la dette publique française. Elle s'élevait à 31 milliards d'euros en 2014 et devrait représenter 29 milliards en 2015.

Pour l'instant, la Grèce pèse donc 42,3 milliards d'euros dans notre dette publique actuelle, soit 1,5% du PIB

Mais ce n'est pas tout. La France porte également une partie des risques de la Zone ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le dimanche 19 juil 2015 à 01:33

    Si le petrole baisse, la fole dingue devra inventer une nouvelle taxe pour compenser:la solidarite...

  • abertoni le mercredi 15 juil 2015 à 19:44

    Nous paieront tous pour les grecs sur 2 ou3 générations .faites donc des économies pour aider ces gens

  • bearnhar le dimanche 12 juil 2015 à 09:47

    J'ai bien envie de dire moi aussi : " M'en fout, paye pas ! ". La facture, présentez là à ceux, dont GS, qui ont très bien vu passer les comptes Grecs truqués pour entrer dans l'Euro. Vous faites comme les excellents Italiens, saisie complète des biens, demandez-leur, ils maitrisent, c'est pas en France qu'on verrai un tel courage. Ce monde est organisé selon le système de la grivèlerie généralisée, et ça devient très très voyant, on nous les montre à la télé, chez Récamier, fumant gros cigares.

  • mouillat le mercredi 8 juil 2015 à 19:36

    Ok Ranonpas c, est l, etat qui paie mais l, argent de l, etat c, est le notre

  • marcmes2 le mercredi 8 juil 2015 à 19:29

    dans ce cas là, alors tous les voleurs et feignant ont du courage....belle mentalité

  • ronanpas le mercredi 8 juil 2015 à 19:29

    calmons nous , cela ne nous coutera rien puisque c'est l'état qui paie

  • mouillat le mercredi 8 juil 2015 à 19:22

    Peut on me faire un pret que je commancerai a rembourser en 2025 avec les taux d interet d aujourd'hui

  • M4314275 le mercredi 8 juil 2015 à 19:15

    Les grecs ont plus de courage que les dirigeants de la zone euro.

  • roulio86 le mercredi 8 juil 2015 à 19:14

    il faut donner la facture à nos gouvernant , ce sont eux les responsables.......

  • pichou59 le mercredi 8 juil 2015 à 19:10

    les énarques peuvent payer?