Voici Jam, l'assistant virtuel des étudiants qui se posent des questions

le
0
Voici Jam, l'assistant virtuel des étudiants qui se posent des questions
Voici Jam, l'assistant virtuel des étudiants qui se posent des questions

Où est la meilleure «happy hour» dans ma ville ?  Ma peine de coeur est-elle temporaire ? Quelle mutuelle choisir cette année ? La réponse à ces questions plus ou moins utiles tient en un message (SMS, Facebook...) envoyé...par Jam, un assistant virtuel pour étudiants à l'intelligence artificielle supérieure.

«Jam analyse la question reçue, extraie les métadonnées afin de formuler une réponse appropriée qui est ensuite vérifiée par un humain, membre de notre communauté d'étudiants», explique Marjolaine Grondin, la co-fondatrice en mars 2015 de la start-up qui propose ce service gratuit de conciergerie étudiante. «L'idée nous est venue après avoir rencontré toutes les galères possibles partout dans le monde» se rappelle cette diplômée de Science Po et d'HEC. 

Une réponse bientôt automatisée à toutes les questions

La jeune pousse compte exploiter un filon encore peu développé : les besoins d'étudiants connectés et futurs actifs qui ont un accès illimité à Internet ou aux SMS gratuits.

Logement, stages ou emploi à temps partiel, toutes les questions que peut se poser la population estudiantine y passent. Mais aussi des demandes plus personnelles. « Le vrai fun commence lorsque j’essaye de lui parler comme à un être humain, et que je lui soumets des dilemmes» raconte Séverin, jeune étudiant et nouvel utilisateur du service qui a déjà séduit 30 000 personnes et enregistre de 3000 à 6000 messages échangés par jour. 

La suite est croustillante : «Je lui invente un scénario : "Je ne sais pas si j’aime ma copine, dois-je la larguer ?"  Là, le temps de réponse se fait plus long, environ 20 minutes. Mais la réponse est amusante, il me conseille de bien peser le pour et le contre, de ne pas prendre de décision hâtive, et finit par "Une pause s’impose peut-être ?"».

La levée de fond d'un million d'euros en janvier dernier vise à automatiser ce genre de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant