Voeux aux forces de sécurité : Hollande appelle à la «fermeté et à l'unité»

le , mis à jour à 12:35
0
Voeux aux forces de sécurité : Hollande appelle à la «fermeté et à l'unité»
Voeux aux forces de sécurité : Hollande appelle à la «fermeté et à l'unité»

Un an jour pour jour après l'attentat contre Charlie Hebdo, François Hollande présentait ce jeudi matin ses voeux aux forces de sécurité depuis la préfecture de police de Paris. C'est la première fois depuis le début de son quinquennat qu'il le fait. Le lieu est devenu très symbolique depuis l'hommage national rendu il y a un an aux trois policiers tués dans les attaques terroristes. 

Le président a confirmé dans son discours que les forces de l'ordre disposeraient de moyens supplémentaires dans les mois à venir. Il a appelé à davantage de «concertation» entre les services. Concernant le projet de loi en cours d'élaboration durcissant le Code pénal, le chef de l'Etat a souligné que les mesures prévues seraient placées «sous le contrôle du juge». Enfin François Hollande a rapporté que depuis un an «près de 200 interdictions de sortie du territoire ont pu être prononcées» et que «25 infractions en lien direct avec le terrorisme» ont été mis à jour depuis l'instauration de l'état d'urgence. 

Suivez en direct les voeux de François Hollande aux forces de sécurité : 

11h45. Fin du discours.

11H40. «Le code Schengen va être réformé». Alors que de nombreux responsables politiques critiquent Schengen, certains voulant même le supprimer, François Hollande explique qu'il va désormais être possible de «procéder à des contrôles systématiques des ressortissants européens». Il affirme également que «la France a obtenu la création d'une véritable agence des garde-côtes chargée de surveiller les frontières extérieures de l'Union européenne.»

11h35. «Fermeté, réactivité, unité». Face aux menaces terroristes, le chef de l'Etat appelle à trois principes. «Un principe de fermeté, à l'égard de tous ceux qui, Français ou étrangers, s'en prennent aux principes mêmes de notre République», martèle-t-il. «Un principe de réactivité face au danger» poursuit-il. Enfin «un principe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant