Vivre en colocation à Londres coûte deux fois plus cher qu'à Paris

le
2

Une chambre dans notre capitale coûte en moyenne 557 euros, contre 976 euros à Londres... Et les prix continuent d’augmenter dans la capitale britannique !

Si les Parisiens se plaignent fréquemment du prix trop élevé des loyers, que dire des loyers londoniens? Il y a quelques semaines, nous vous parlions de cette résidence de luxe, située dans le très chic quartier de Mayfair, ou la note mensuelle peut monter jusqu’à... 28.000 euros mensuels. Naturellement (et heureusement!), cet exemple est minoritaire. Mais il reflète bien, en revanche, cette connotation de chèreté et d’inaccessibilité qui colle à la peau de la capitale britannique.

Une étude du spécialiste de la colocation Appartager.com révèle le détail des prix qui sont pratiqués dans ces deux villes. Si l’on trouve effectivement des loyers élevés dans le centre de Paris (Ier, IIe, et dans certains quartiers très prisés comme le Marais ou Saint-Germain-des-Prés), on peut facilement faire baisser significativement la facture si l’on accepte de s’excentrer un peu, dans les XIXe, XIVe, ou même XVe arrondissements, par exemple.

En effet, si vous êtes prêt à vivre dans des zones un peu moins prestigieuses, une chambre à Paris vous reviendra à 557 euros en moyenne. Un tarif qui est ainsi 75% inférieur au coût moyen d’une chambre à Londres.

À l’échelle de Londres, les prix parisiens sont ceux d’une ville de province

Les chiffres sont sans appel: vivre dans la zone 1 - l’équivalent du centre parisien - à Londres revient à plus de 1120 euros... soit 60% plus cher que les prix des quartiers les plus chers de la capitale. Cela s’explique notamment par la force de la livre face à l’euro qui joue un rôle crucial sur l’impact des prix et une demande très élevée face à une offre plutôt faible. Au troisième trimestre 2015, les annonces à Londres avaient en moyenne un ratio de 10 demandes par chambre (contre 7 demandes pour une chambre à Paris).

Si une chambre londonienne coûte beaucoup plus cher, il est plus facile de s’y loger rapidement. Pourquoi? C’est la conséquence de la législtation française qui accorde des droits très conséquents au locataire. Un décret vient justement d’être voté afin de limiter précisément les pièces justificatives qu’un propriétaire peut demander à un candidat à la location. Selon un sondage d’Appartager, les colocataires parisiens sont 40,3 % à estimer qu’il est difficile d’obtenir une chambre dans la capitale française. Ils ne sont que 25,1% à Londres.

«Paris et Londres sont deux capitales proches géographiquement, mais qui diffèrent sur de nombreux points, il est donc très difficile de les comparer et d’estimer quelle est la meilleure ville pour la colocation. Pour autant la capitale anglaise attire de plus en plus de français à venir tenter l’expérience. Chaque année ils sont plus de 300.000 à mettre les pieds sur le continent anglo-saxon», conclut Albin Serviant, directeur général d’Appartager.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le mercredi 11 nov 2015 à 12:26

    Et l'argent circule dans l'économie réelle au lieu d'engraisser un état de fonctionnaires ,bilan 5,7 % de chômage contre 10,1 chez nous .

  • bernm le mercredi 11 nov 2015 à 09:07

    Oui, mais a Londres, on gagne plus du double qu'en France....