Viviane, la mère de Vincent Lambert : «Mon fils n'est pas en fin de vie»

le
1
Viviane, la mère de Vincent Lambert : «Mon fils n'est pas en fin de vie»
Viviane, la mère de Vincent Lambert : «Mon fils n'est pas en fin de vie»

« Je défendrai mon fils jusqu'à mon dernier souffle. » Ce n'est pas une menace, juste une certitude que le législateur, les défenseurs du droit à mourir et une partie de sa famille aujourd'hui déchirée devront se résoudre à entendre. Viviane Lambert ne bougera pas d'un iota. Un port altier et un regard qui ne vous lâche pas, cette femme souriante mais « fatiguée » tient son livre*, sorti jeudi, comme un objet précieux.

En 169 pages, elle revient sur une histoire intime et douloureuse devenue un fait de société. Alors que le sort de Vincent Lambert est entre les mains de la justice européenne, elle livre son témoignage sur cette tempête judiciaire concernant le maintien en vie de ce fils de 38 ans, souffrant de lésions cérébrales jugées irréversibles, tétraplégique et en état de conscience minimale après un accident de la route survenu en 2008.

Ce sont les parents de Vincent Lambert, avec une de ses s½urs et un demi-frère, qui ont saisi la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) pour contester une décision rendue en juin par le Conseil d'Etat en faveur de l'arrêt des soins. « Ce qui revenait à ordonner de ne plus l'alimenter et de ne plus l'hydrater », précise sa mère, toujours sans nouvelles de la CEDH. Cette décision avait été prise en 2013 par les médecins du CHU de Reims où il est toujours hospitalisé, avec l'assentiment de son épouse, Rachel, et de cinq frères et s½urs. Annulée à deux reprises par un tribunal administratif, elle avait été validée par la plus haute juridiction administrative française. Le Conseil d'Etat avait considéré que la décision médicale était conforme à la loi Leonetti de 2005, relative à la fin de vie. Il s'était aussi appuyé sur la volonté exprimée par Vincent avant son accident, selon sa femme, de ne pas être maintenu en vie dans un état de dépendance.

Viviane Lambert bondit. « Qu'est-ce qui nous prouve qu'il a donné cette consigne ? Vincent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6418959 le dimanche 10 mai 2015 à 11:01

    Vincent Lambert est toujours à l'hôpital aux frais du contribuable et participe au déficit de la sécurité sociale.Que les parents paient les frais d'hospitalisation et de soin pour leur fils et non la société.