Vivendi : une valeur anti-crise

le
0
La nouvelle formule du Grand Journal, émission emblématique de Canal+. (© Canal+)
La nouvelle formule du Grand Journal, émission emblématique de Canal+. (© Canal+)

À la tête de Vivendi depuis l’été 2014, Vincent Bolloré a d’abord finalisé les cessions d’actifs, avant d’initier une reprise en mains de la filiale Canal+. Mais l’homme d’affaires cherche aussi à réaliser des acquisitions, avec pour ambition de faire Vivendi un «Bertelsmann à la française». La force de frappe est considérable.

Bloc "A lire aussi"

Au 30 juin, la trésorerie nette de Vivendi s’élevait à 6,3 milliards d’euros. Et elle devrait monter à environ 9 milliards fin 2015. En ajoutant les parts détenus dans Telecom Italia (14,9% du capital), Telefonica (0,95%) et Activision (5,7%), le cash et les actifs monétisables de Vivendi représentent plus de 40% de sa capitalisation boursière !

Vincent Bolloré se donne deux ans pour concrétiser des acquisitions. Faute de quoi davantage sera redistribué aux actionnaires. Ces derniers sont d’ores et déjà assurés de toucher 2 euros par action en 2016, comme en 2015. Un parachute qui s’ajoute aux autres qualités défensives de Vivendi dans le contexte actuel : une faible exposition aux pays émergents et des activités relativement peu sensibles à la conjoncture.

Achetez Vivendi.

 

Source


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant