Vivendi : un groupe riche mais pour faire quoi ?

le
0
Photo de la série Borgia, une création originale Canal+. La chaîne cryptée est l'un des deux actifs réels de Vivendi avec Universal Music. (© Vivendi)
Photo de la série Borgia, une création originale Canal+. La chaîne cryptée est l'un des deux actifs réels de Vivendi avec Universal Music. (© Vivendi)

Un vaste univers des possibles s'offre à Vivendi. C'est à Vincent Bolloré d'ouvrir une nouvelle page de l'histoire de l'ex-Générale des Eaux. L'industriel dispose de moyens considérables pour l'écrire.

Car ­Vivendi est devenu très riche. En mars 2012, lorsqu'il a débuté la revue de ses actifs, le conglomérat était lesté d'une dette de 13 milliards d'euros. Il est aujourd'hui assis sur une monta­gne de cash cumulé au fil de sa cure d'amaigrissement : 6,8 milliards grâce à la vente (en deux temps) de la majorité d'Activision Blizzard, 4,1 milliards lors de sa sortie de Maroc Telecom, puis 13,2 milliards avec la cession de SFR. À fin 2014, la trésorerie nette du groupe se monte ainsi à 4,6 milliards. 

S'y ajouteront au printemps le produit de cession de GVT, ainsi que 3,9 milliards pour le solde de Numericable-SFR pour lequel Vivendi vient d'accepter l'offre d'Altice. Au total, la tré­sorerie nette devrait atteindre près de 13 milliards d'euros ! Sans même compter la valeur des participations minoritaires dans Telefonica Brasil, Telecom Italia et Activision Blizzard. 

Bloc "A lire aussi"

Mais que faire de ce trésor de guerre ? En prenant la présidence du conseil de surveillance en juin 2014, Vincent Bolloré se voyait «transformer un holding financier en un groupe

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant