Vivendi serre la vis chez Canal+, passe d'armes avec Mediaset

le , mis à jour à 22:54
0
    * Plan d'économie de E300 mlns chez Canal+ France, en perte 
au S1 
    * Les abonnés Canal à l'international dépassent les abonnés 
français 
    * Passe d'armes entre Vivendi et Mediaset sur leur accord 
d'avril 
    * Les discussions continuent en coulisses, selon trois 
sources 
 
 (Actualisé avec sources, réaction de Mediaset et Fininvest, 
commentaire d'analyste et précision sur le calendrier des 
discussions entre Vivendi et Mediaset) 
    par Gwénaëlle Barzic et Mathieu Rosemain 
    PARIS/MILAN, 25 août (Reuters) - Vivendi  VIV.PA  a annoncé 
jeudi un plan d'économies de 300 millions d'euros chez Canal+ 
France dont les pertes se sont aggravées, ce qui a pesé sur les 
résultats du premier semestre du groupe de médias, inférieurs 
aux attentes du marché. 
    Le groupe dirigé par Vincent Bolloré s'est engagé dans une 
nouvelle passe d'arme avec l'italien Mediaset  MS.MI  alors même 
que les discussions continuent en coulisses entre les deux 
parties, selon trois sources au fait du dossier. 
    Dans le communiqué annonçant ses résultats semestriels, le 
propriétaire du groupe de télévision Canal+ a laissé entendre 
que le temps jouait en sa faveur dans le bras de fer qui 
l'oppose à l'empire de Silvio Berlusconi sur leur projet de 
partenariat conclu en avril. 
    Le français a dit fin juillet avoir remis en question les 
modalités de cet accord au nom de divergences sur la santé 
financière de la filiale Mediaset Premium qu'il était censé 
acquérir, provoquant la colère du groupe italien qui a engagé un 
recours en justice.   
    Faute de parvenir à un accord dans les temps, l'accord 
d'avril pourrait être mort-né au 30 septembre en l'absence de 
feu vert des autorités de concurrence européennes, a prévenu 
jeudi Vivendi, en déplorant les "attaques médiatiques" de 
Mediaset et de son premier actionnaire, la famille Berlusconi. 
    Ces derniers ont réagi sans tarder pour contester les 
arguments de Vivendi. 
    "Elle (Fininvest) rejette totalement la reconstitution des 
faits fournie par Vivendi aujourd'hui qu'elle juge sans 
fondement. Il est stupéfiant que Vivendi, dont le comportement 
injuste et inacceptable est à l'origine de ce qui se produit, 
ait l'audace de se dépeindre en victime", s'indigne la holding 
de la famille Berlusconi dans un communiqué. 
    La partie italienne fait également valoir que la date butoir 
du 30 septembre pourrait être repoussée.  
    Bien que la bataille des mots se poursuive, des discussions 
ont lieu entre les deux parties, ont toutefois rapporté trois 
sources au fait du dossier.  
    "Le dialogue se poursuit en dépit des apparences", a dit 
l'une des sources, en ajoutant qu'une alliance était dans 
l'intérêt des deux parties.  
             
    CANAL A PLUS D'ABONNÉS À L'INTERNATIONAL QU'EN FRANCE 
    Sur l'autre front chaud, Vivendi a annoncé un nouveau tour 
de vis chez Canal+ France dont il a déjà remanié l'équipe 
dirigeante, les programmes et bientôt les offres commerciales. 
    Les chaînes payantes françaises, qui ont perdu un 
demi-million d'abonnés en un an, ont accusé une perte 
opérationnelle ajustée de 106 millions sur les six premiers mois 
de l'année. 
    Le plan d'économies, qui portera sur la distribution, les 
frais de diffusion et les coûts de production et de programmes, 
doit permettre le retour à l'équilibre en 2018. 
    Le groupe de télévision a bénéficié à l'inverse d'une forte 
progression du nombre de ses abonnés à l'international, en 
particulier en Afrique et au Vietnam, dont le nombre a pour la 
première fois dépassé celui des abonnés en France. 
    Au global, Vivendi, qui contrôle également la maison de 
disques Universal Music Group, a vu son résultat opérationnel 
ajusté reculer de 20,4% à 387 millions d'euros sur les six 
premiers mois de l'année tandis que le chiffre d'affaires a 
diminué de 0,9% à 5,04 milliards. 
    "Compte-tenu des réductions de coûts additionnelles chez 
Canal et des tendances en voie d'amélioration dans la musique, 
nous pensons tout de même que la réaction du titre pourrait être 
légèrement positive à l'ouverture", estime dans une note Charles 
Bedouelle, analyste à Exane BNP Paribas.  
    "Ce qui doit être en croissance croît, fortement (streaming 
+60%, Afrique +16%) et ce qui est en difficulté est pris en 
main". 
    Le marché tablait en moyenne pour le premier semestre sur un 
chiffre d'affaires de 5,1 milliards d'euros, un Ebita de 460 
millions et un résultat net ajusté de 296 millions, selon un 
consensus Inquiry Financial Europe compilé pour Reuters. 
    Avant la publication des résultats, l'action Vivendi a 
clôturé en baisse de 0,48% à 17,58 euros, donnant une 
capitalisation boursière de 22,6 milliards d'euros. Depuis le 
début de l'année, elle affiche une baisse de 11,48%. 
         
    Le communiqué : 
    http://bit.ly/2cb89S0 
    La présentation : 
    http://bit.ly/2bRXdEa 
 
 (Avec Agnieszka Flak et Giulia Segreti à Milan, édité par 
Dominique Rodriguez et Patrick Vignal) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant