Vivendi reste aux portes du conseil d'Ubisoft

le
0
    * Les Guillemot craignaient un coup de force de Vivendi à 
l'AG 
    * Vivendi n'a pas présenté de résolution de dernière minute 
    * Vivendi s'est abstenu, entraînant le rejet de 4 
propositions 
    * Yves Guillemot suggère à Bolloré de prendre sa plus-value 
    * Discute de partenariats et prises de participations 
minoritaires 
 
 (Actualisé avec déclarations supplémentaires, communiqué de 
Vivendi) 
    par Gwénaëlle Barzic 
    PARIS, 29 septembre (Reuters) - Les frères Guillemot vont 
conserver la main sur Ubisoft  UBIP.PA , son premier actionnaire 
Vivendi  VIV.PA  s'étant abstenu de soumettre à l'assemblée 
générale des actionnaires une résolution pour entrer au conseil 
d'administration. 
    La famille fondatrice du numéro trois mondial des jeux 
vidéos estime avoir remporté une première manche dans son bras 
de fer avec le géant des médias et du divertissement, qui a 
toutefois exclu de jeter l'éponge. 
    "Nous sommes très heureux du résultat des votes, nos 
actionnaires nous ont vraiment bien soutenu. Cela veut dire que 
la société va pouvoir continuer en ayant l'agilité, dont elle a 
besoin", a déclaré à des journalistes le PDG Yves Guillemot, 
visiblement soulagé au terme d'une assemblée générale en forme 
de plébiscite. 
    Les Guillemot craignaient un coup de force du groupe dirigé 
par Vincent Bolloré, qui revendique une représentation au 
conseil en tant que premier actionnaire avec 22,8% du capital. 
    Au cours des derniers mois, l'équipe dirigeante d'Ubisoft a 
travaillé tenté de convaincre ses actionnaires de la pertinence 
de sa stratégie d'indépendance tout en menant une vaste campagne 
médiatique. 
    Quelque 400 personnes ont fait le déplacement ce jeudi pour 
une assemblée générale, qui attire d'habitude plutôt 80 
personnes. 
    Dans une ambiance bonne enfant, les dirigeants d'Ubisoft ont 
été chaleureusement applaudis par une assistance comptant de 
nombreux salariés arborant le tee-shirt "ibelYves" (un jeux de 
mot entre le prénom du PDG et 'je crois' en anglais).  
     A contrario, l'annonce de la présence d'un représentant de 
Vivendi à l'assemblée générale, a été accueilli par le silence.  
     
    PROFIL BAS 
    Ni question, ni résolution, Vivendi a finalement choisi de 
faire profil bas, actant probablement son incapacité à faire 
basculer dans son camp les autres actionnaires de l'éditeur.  
    En s'abstenant à l'ensemble des votes, le groupe a toutefois 
fait échec à quatre résolutions, permettant notamment 
l'attribution d'actions gratuites à des salariés, un outil 
crucial pour attirer les talents dans le secteur.    
    Ce fut la démonstration, pour Yves Guillemot, que la 
présence de Vivendi au conseil ne servirait pas les intérêts de 
la société, une ambition toujours poursuivi par le géant des 
médias.  
    "Vivendi considère qu'il serait de bonne gouvernance d'être 
représenté au conseil eu égard à sa participation au capital de 
l'entreprise", a redit le géant des médias dans un communiqué.   
  
    Pour consolider leurs défenses, les frères Guillemot 
n'excluent pas de renforcer encore leur participation au capital 
tout en poursuivant leurs discussions avec d'autres acteurs en 
vue de partenariats commerciaux, voire de prises de 
participation minoritaires. 
    Lorsqu'on lui demande si un accord de compromis reste 
possible avec Vivendi, Yves Guillemot répond : "Nous ce que nous 
aimerions c'est qu'ils prennent leur plus-value", évoquant une 
sortie du capital qui permettrait au groupe de médias de 
profiter de la flambée de 60% du titre depuis un an.  
     
    Voir aussi : 
    AVANT-PAPIER-AG d'Ubisoft : "Beaucoup de bruit pour rien? 
  
 
 (Edité par Julien Ponthus) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant