Vivendi : le projet de mise en Bourse de SFR se précise

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Une paix des braves ? Un armistice entre Jean-René Fourtou et Vincent Bolloré ? A une question-clé posée par Les Echos, dans son édition du 12 septembre, l'entrepreneur ne répond pas : «Vous avez été nommé vice-président du conseil de surveillance de Vivendi, allez-vous en prendre la présidence ? ? Je connais Jean-René Fourtou depuis trente ans et j'admire beaucoup son travail (?) je suis très content de participer à la construction et à l'organisation de ce groupe à ses côtés et à ceux du conseil.» 

Au-delà de ces jeux de pouvoir dans la gouvernance de Vivendi, le plus important du communiqué publié, mercredi soir, tient à l'accélération du projet de scission du groupe de médias-télécoms, qui sera soumis à la prochaine assemblée générale. Vivendi serait ainsi scindé en deux entités, les actionnaires recevant des actions des deux branches, l'une portant SFR qui procure au groupe 60% de son excédent brut d'exploitation et l'autre, le pôle média centré sur Canal+, Universal et, surprise, l'opérateur mobile brésilien en pleine croissance GVT, dont le processus de cession n'a pas encore abouti.

Ce projet de scission éloigne le scénario d'un démantèlement complet de Vivendi, selon CM-CIC Securities, mais justifie encore une décote sur actif net réévalué. La principale inconnue demeure, poursuit le courtier, à savoir la valeur de marché de SFR en 2014. L'analyste de l'intermédiaire se demande, par ailleurs, si cette confirmation du caractère stratégique de Canal+ ne renforce pas la probabilité d'une négociation avec Lagardère qui détient 20% du capital de la chaîne cryptée.

En Bourse, l'action Vivendi prend acte de ce nouveau développement et gagne 2,5% en séance, mais dans un volume de titres échangés (3,3 millions) de moitié inférieur à celui de la séance antérieure.

Conservez.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant