Vivendi: le groupe hausse le ton contre Mediaset.

le
0

(CercleFinance.com) - Une semaine après que Mediaset a demandé la mise sous séquestre d'une participation de 3,5% au capital de Vivendi, le groupe diversifié français s'est fendu ce mercredi après Bourse d'un communiqué incendiaire.

Assurant s'être jusqu'à présent 'toujours déclaré ouvert à la discussion dans le différend qui l'oppose à Mediaset et n'avoir) eu de cesse ces derniers mois de rechercher des solutions alternatives', il a en réponse à des communications jugées 'agressives' et au lancement de 'multiples actions judiciaires' - intentées à la fois par Mediaset et par Fininvest, sa holding de contrôle - ouvert à la porte à une éventuelle 'action visant à défendre ses intérêts et ceux de ses actionnaire'.

Campé sur ses positions au même titre que Mediaset et Fininvest, Vivendi soutient par ailleurs que le business plan de Mediaset Premium qui lui a été présenté, et qui prévoit l'atteinte de l'équilibre d'exploitation en 2018, repose sur des hypothèses fantaisistes, une thèse confirmée par le rapport de due diligence du Cabinet de conseil Deloitte.

Partant, le groupe français estime qu'il ne saurait être tenu responsable de la situation actuelle. Quoiqu'exposé à des actions judiciaires de l'autre côté des Alpes, il continue par ailleurs de préconiser, dans le cadre du rachat de Mediaset Premium, un échange de 3,5% de son capital contre 20% du capital du bouquet de télévision payante et 3,5% de Mediaset, ainsi qu'une émission par Mediaset d'obligations convertibles en actions Mediaset au profit de Vivendi.

Mediaset et Fininvest s'en tiennent de leur côté à l'accord conclu en avril dernier, qui prévoit que 3,5% du capital de Vivendi soient échangés contre 3,5% du capital de Mediaset et l'intégralité du capital de la société de télévision payante.

Mediaset exige par ailleurs de Vivendi des indemnisations à hauteur de 50 millions d'euros par mois de retard dans l'application de leur accord, à partir du 25 juillet dernier, alors que Fininvest demande de son côté pas moins de 570 millions d'euros de dédommagement pour le préjudice suscité par la dénonciation de l'accord initial.

Reste à connaître les modalités de l'action désormais ouvertement envisagée par Vivendi...

(G.D)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant