Vivendi envisage de mettre en Bourse sa filiale SFR

le
0
VIVENDI ENVISAGE D'INTRODUIRE EN BOURSE SFR
VIVENDI ENVISAGE D'INTRODUIRE EN BOURSE SFR

par Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Vivendi a annoncé mardi lors de son assemblée générale qu'il envisageait une introduction en Bourse de sa filiale de téléphonie mobile SFR dans le cadre de sa stratégie de recentrage sur les médias engagée depuis un an.

Le président du conseil de surveillance Jean-René Fourtou a appelé les actionnaires du groupe à la patience alors que Vivendi semble sur le point de boucler avec Maroc Télécom sa première cession d'actif majeure dans le cadre de sa revue stratégique.

L'assemblée générale s'est déroulée dans un climat de tension parmi les actionnaires particuliers, des appels à la démission de Jean-René Fourtou ayant retenti dans la salle.

Mais le président du conseil de surveillance, avec le soutien apparent du premier actionnaire du groupe Vincent Bolloré, a insisté sur le fait qu'il n'était pas pressé de vendre des actifs, en particulier à n'importe quel prix.

"Je peux vous assurer que nous progressons dans notre revue, bien que nous ne soyons pas pressés. Nos priorités sont de réaliser une à deux cessions pour réduire la dette, et d'utiliser le produit de ces cessions pour le bénéfice des actionnaires", a dit Jean-René Fourtou.

"Une autre de nos priorités est de mettre en place la meilleure stratégie pour SFR. Nous pourrions procéder à une mise en Bourse de SFR ultérieurement", a également déclaré le président du conseil de surveillance.

Il a ajouté que cette mise en Bourse n'interviendrait pas à court terme et se produirait seulement après avoir redressé les profits de l'opérateur français de téléphonie.

AMÉLIORATION VUE EN 2014-2015 POUR SFR

Jean-René Fourtou a également répondu aux spéculations concernant son éventuel remplacement par Vincent Bolloré, principal actionnaires de Vivendi avec 5% du capital, qui a obtenu en décembre un siège au conseil de surveillance.

"La nomination de M. Bolloré est une possibilité pour l'avenir mais mon départ n'est pas un sujet pour l'instant", a-t-il déclaré.

Le scénario d'une introduction en Bourse de SFR intervient alors que Vivendi a examiné l'an dernier plusieurs options pour sa filiale, parmi lesquelles une cession ou un rapprochement avec le câblo-opérateur français Numéricâble.

Le groupe a finalement décidé de redresser les profits de SFR, mis à mal par la concurrence exacerbée sur le marché de la téléphonie mobile, avant d'engager toute opération.

S'il veut parvenir à se transformer en un véritable groupe de médias, Vivendi est obligé de trouver une solution pour se désengager de SFR, qui représente toujours plus de la moitié du résultat opérationnel du groupe.

SFR devrait enregistrer une baisse de 12% de son Ebitda cette année, à 2,9 milliards d'euros. Le directeur financier Philippe Capron a dit à l'AG s'attendre à une amélioration des performances de SFR en 2014 et 2015 grâce aux investissements réalisés dans le réseau mobile à très haut débit (4G).

Vivendi a par ailleurs annoncé mardi que la cession de sa filiale Maroc Télécom ne serait pas finalisée avant l'automne, le groupe évaluant pour l'heure deux offres de rachat en collaboration avec l'Etat marocain.

Le groupe cherche également à vendre sa filiale brésilienne GVT, ainsi que sa division de jeux vidéo Activision Blizzard, sans succès pour l'instant.

En Bourse, Le titre Vivendi a clôturé à 17,20 euros (-0,46%), donnant une capitalisation boursière de près de 22,8 milliards d'euros. Il gagne 1,5% depuis le début de l'année.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant