Vive the BundesLigue 1 !

le
0
Vive the BundesLigue 1 !
Vive the BundesLigue 1 !

Des buts par palettes de 36 comme en Allemagne et des équipes qui jouent toutes la gagne, même à l'extérieur, comme en Angleterre : la 17e Journée de L1 a régalé. Manaudou Brother aussi. L'ASM Clermont aussi. Et Camille Cerf aussi. Que demande le peuple ?
Un peu de soleil dans l'eau froide. Ce titre du roman de Françoise Sagan en chasse un autre, Bonjour tristesse. Parce que jusqu'à ce week-end, mater la L1 requérait pour les mômes le contrôle parental et pour les adultes se rendant au stade une décharge de responsabilité signée au médecin. En un mot, la Ligue Une c'était souvent tristoune. Périlleux. Mortel. À part l'OM qui chauffait un peu la glacière, on daubait sur notre exception culturelle que le monde ne nous envie pas. Et puis la France a vu la lumière, abandonnant à l'Angleterre les sales 0-0 (trois en PL ce week-end, aucun chez nous) Le père Noël est passé avant l'heure : 36 buts ! Trente-six pions. Le record d'unités de la 10e journée de la saison 2012-2013 a été égalé. On vous voit venir : en encensant la Ligue 1, sofoot.com retourne sa veste ? Que nenni ! Quand c'est bon, on le dit. Quand c'est mauvais, on le dit aussi. Désolé, mais l'excédent de purges subies depuis le début de saison ne méritait pas qu'on s'extasie comme Canal + qui nous survendait sa came. Qui veut revoir TOUS les matchs de Lille, pourtant club phare de L1 ? Et puis les résultats et le contenu des matchs européens de nos cinq représentants (six avec Lyon, honteusement éliminé) ne dessinaient pas non plus la magnificence des fresques de la Sixtine. Alors on ne s'emballe pas et, pour l'instant, on savoure. Car une certaine médiocrité pourrait revenir au galop comme à Enghien
Eau et gaz à tous les étages
Le total de buts marqués (36) a été non seulement un indice appréciable de cette 17e journée, mais il a surtout reflété un état d'esprit qu'on désespérait de voir en L1. Déjà, une intensité rare a animé la plupart de matchs finis au couteau sur le score sexy de 3-2 (Bordeaux-Lorient, Caen-Nice, Évian-Lyon, Reims-Guingamp). En un mot : personne n'a voulu lâcher ! Aucune équipe sauf Paris et sa petite victoire Sam' Suffit face à Nantes (2-1). Même l'OM a poussé pour en mettre un troisième face à Metz (3-1), déclenchant la joie de Bielsa monté sur ressorts. Idem pour un Montpellier délicieusement sadique qui en a mis un quatrième à Rennes (4-0) alors que tout était déjà plié à 3-0. Et puis il y a eu toutes ces victoires à l'extérieur ! Monaco avait donné le signal dès vendredi soir en allant gagner à Toulouse (0-2) où il n'est pas toujours facile de s'imposer. À ce propos, les accusations contre Jardim de proposer un jeu frileux tombent très mal : l'ASM a...

Un peu de soleil dans l'eau froide. Ce titre du roman de Françoise Sagan en chasse un autre, Bonjour tristesse. Parce que jusqu'à ce week-end, mater la L1 requérait pour les mômes le contrôle parental et pour les adultes se rendant au stade une décharge de responsabilité signée au médecin. En un mot, la Ligue Une c'était souvent tristoune. Périlleux. Mortel. À part l'OM qui chauffait un peu la glacière, on daubait sur notre exception culturelle que le monde ne nous envie pas. Et puis la France a vu la lumière, abandonnant à l'Angleterre les sales 0-0 (trois en PL ce week-end, aucun chez nous) Le père Noël est passé avant l'heure : 36 buts ! Trente-six pions. Le record d'unités de la 10e journée de la saison 2012-2013 a été égalé. On vous voit venir : en encensant la Ligue 1, sofoot.com retourne sa veste ? Que nenni ! Quand c'est bon, on le dit. Quand c'est mauvais, on le dit aussi. Désolé, mais l'excédent de purges subies depuis le début de saison ne méritait pas qu'on s'extasie comme Canal + qui nous survendait sa came. Qui veut revoir TOUS les matchs de Lille, pourtant club phare de L1 ? Et puis les résultats et le contenu des matchs européens de nos cinq représentants (six avec Lyon, honteusement éliminé) ne dessinaient pas non plus la magnificence des fresques de la Sixtine. Alors on ne s'emballe pas et, pour l'instant, on savoure. Car une certaine médiocrité pourrait revenir au galop comme à Enghien
Eau et gaz à tous les étages
Le total de buts marqués (36) a été non seulement un indice appréciable de cette 17e journée, mais il a surtout reflété un état d'esprit qu'on désespérait de voir en L1. Déjà, une intensité rare a animé la plupart de matchs finis au couteau sur le score sexy de 3-2 (Bordeaux-Lorient, Caen-Nice, Évian-Lyon, Reims-Guingamp). En un mot : personne n'a voulu lâcher ! Aucune équipe sauf Paris et sa petite victoire Sam' Suffit face à Nantes (2-1). Même l'OM a poussé pour en mettre un troisième face à Metz (3-1), déclenchant la joie de Bielsa monté sur ressorts. Idem pour un Montpellier délicieusement sadique qui en a mis un quatrième à Rennes (4-0) alors que tout était déjà plié à 3-0. Et puis il y a eu toutes ces victoires à l'extérieur ! Monaco avait donné le signal dès vendredi soir en allant gagner à Toulouse (0-2) où il n'est pas toujours facile de s'imposer. À ce propos, les accusations contre Jardim de proposer un jeu frileux tombent très mal : l'ASM a...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant