«Vive préoccupation» de Paris face à la limitation de l'avortement en Espagne

le
1
La porte-parole du gouvernement a écrit à son homologue espangol pour lui exprimer son inquiétude face à un projet qui supprime quasiment le droit à l'avortement.

Les politiques français se saisissent du débat espagnol sur l'avortement. «Ça m'émeut. Bien sûr que ça me choque.» Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, a exprimé, dimanche, sa «vive préoccupation» après l'approbation par le gouvernement espagnol d'un projet de loi supprimant quasiment le droit à l'avortement. La porte-parole du gouvernement l'a d'ailleurs fait savoir officiellement par lettre à Madrid.

«C'est terrible de voir qu'un pays comme l'Espagne, qui ces dernières années était devenu un petit peu la référence en particulier pour ceux qui se battent contre les violences faites aux femmes (...), puisse s'apprêter peut-être à connaître un recul en matière du droit à disposer de son corps», a expliqué la ministre.

Une loi très restrictive

Avec ce texte, l'Es...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M566619 le mardi 24 déc 2013 à 09:39

    Mais de quoi se mêle-t-on ? l'Espagne est un état souverain.