Vive le bonheur... à la danoise

le , mis à jour à 09:24
0
Vive le bonheur... à la danoise
Vive le bonheur... à la danoise

Mais comment font-ils, ces Danois ? Eux qui s'octroient quasi systématiquement la première place du « World Happiness Report », le très sérieux classement des pays les plus heureux du monde réalisé scientifiquement depuis 2012 par les Nations unies. Pour Meik Wiking, président de l'Institut du bonheur de Copenhague, la réponse se trouve dans un mot, le « hygge », un terme typiquement nordique et intraduisible en langue française. Un art de vivre à la danoise qu'il propose aux Frenchies d'adopter grâce à un livre publié aujourd'hui.

Percer le mystère du « hygge » (à prononcer « huggeu ») n'est pas chose aisée. « C'est une attitude, une philosophie qui consiste à prévoir, puis à vivre et enfin à se souvenir de moments de bonheur simple, tente d'expliquer Meik Wiking. On n'y pense pas tous les jours, on ne se l'impose pas du tout au Danemark, mais c'est un mot courant de notre langue que l'on a toujours en tête. Je serai par exemple demain soir (NDLR : ce soir) avec des amis pour boire un verre à Copenhague, et je sais que ce moment sera hygge pour eux comme pour moi. Comme le sera celui où je me retrouverai chez moi un soir prochain, avec une tasse de mon thé préféré, le roïbos, en train de regarder tranquillement au chaud un épisode de ma série télévisée favorite. Devant un restaurant à la carte un peu trop chère, je dirai à mes convives : Pourquoi ne pas choisir un endroit un peu plus "hyggelig" ? »

 

Une forme de fainéantise euphorisante

Vivre « hygge », c'est donc positiver et s'autoriser quelques parenthèses de confort pour échapper au rythme quotidien effréné ou, comme dans le cas des Danois, se retrouver au chaud chez soi dans une stratégie de survie hivernale. Les apéros en terrasse, les sorties culturelles en famille ou encore les traditionnels repas du dimanche, typiquement français, « hygge » ou pas « hygge » ? « Vous savez très bien le faire en France. Sortir avec des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant