Vivarte-Les syndicats craignent de lourdes suppressions d'emploi

le
0

PARIS, 13 mars (Reuters) - Les syndicats du groupe Vivarte, géant français de l'habillement et de la chaussure, craignent des suppressions d'emplois massives dans le cadre d'un plan de restructuration qui devrait être présenté aux salariés en avril. Le groupe qui détient la Halle aux vêtements, Naf Naf, Kookaï, André, Minelli ou Chevignon, est passé sous le contrôle de ses fonds créanciers en octobre 2014 après un accord de restructuration portant sur 2,0 milliards d'euros de dettes. ID:nL5N0SP5LJ Fragilisé par la forte dégradation des résultats du groupe et une stratégie de montée en gamme inadaptée mise en place par son précédent dirigeant, Marc Lelandais ID:nL6N0RO1SJ , La Halle aux vêtements, principale enseigne de Vivarte, pourrait faire l'objet de coupes drastiques. "Il pourrait y avoir plus de 200 magasins fermés à la Halle aux vêtements, ce qui représente environ 1.200 postes, sans compter les emplois de la logistique et du siège", a déclaré à Reuters Jean-Louis Alfred, délégué syndical central CFDT. Chez le chausseur André, une trentaine de magasins non rentables, souvent situés dans de petites villes de province, pourraient eux aussi fermer, a souligné Philippe Dessaint, secrétaire général (FO) du comité d'entreprise de la marque. Selon le magazine Capital, plus de 900 personnes seraient concernées à la Halle aux vêtements et une centaine chez André. Les syndicats rappellent quant à eux qu'une centaine de magasins de La Halle aux vêtements ont déjà été fermés en 2013 et 2014 par la précédente direction mais disent n'avoir aucune indication chiffrée sur le plan à venir. Interrogé, le groupe Vivarte s'est refusé à tout commentaire. Son nouveau PDG nommé en octobre, Richard Simonin, a fait appel à Helen Lee Bouygues, spécialiste du retournement chez McKinsey, pour l'assister. Vivarte emploie 22.000 personnes en France, dont environ 4.000 à La Halle aux vêtements et 500 chez André. En perte de vitesse depuis plusieurs années, le groupe a encore vu ses ventes chuter au cours de son exercice décalé 2013-2014 clos en août, selon les syndicats. Un comité de groupe, initialement prévu le 17 mars, a été reporté à la mi-avril. (Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant