" Viva Technology doit devenir le Festival de Cannes du numérique "

le
0
" Viva Technology doit devenir le Festival de Cannes du numérique "
" Viva Technology doit devenir le Festival de Cannes du numérique "

L'édition initiatique de Viva Technology qui a fermé ses portes samedi soir a été un succès. Quel bilan pour ses co-organisateurs ? Maurice Lévy, Président du Directoire de Publicis Groupe et Francis Morel, Président du groupe Les Echos répondent.

Quel bilan tirez vous de la première édition de Viva Technology ?Maurice Lévy : Avant de parler des chiffres, je voudrais revenir sur l'esprit. Nous avons voulu une opération originale qui regroupait de très grandes entreprises et des start up, maiis qui était aussi un grand lieu de débat. Mission accomplie. Nous avons en outre prouvé que dans un délai très court, la France était capable de produire un événement réunissant ce que notre monde compte de plus important dans le domaine de la high-tech et de l'Internet.

Francis Morel : Ce qui fut très riche, ce sont les échanges entre les centaines de start-up présentes et les grandes entreprises françaises, américaines, ou encore chinoises, présentes sur l'événement. C'est l'état d'esprit de ces start up voulant nouer des contacts, se faire connaître, confrontées aux P-DG en personne qui étaient là pour nouer des contacts. Ce type d'événement est en général fréquenté par les équipes opérationnelles mais pas les décideurs. Viva Tech a accueilli les plus grands patrons et acteurs du numérique. Ils étaient là car ils ont compris que ce que nous avons créé pouvait être important pour leur développement.

 Qu'est-ce qui fait la particularité de Viva Tech ?M.L. : La présence simultanée et complémentaire de start-up, de grands acteurs de l'économie et de débats. Cette trilogie est unique. Je voudrais que Viva Technology agisse comme le Festival de Cannes pour le cinéma ou comme  le Mondial de l'Automobile pour l'industrie auto. Un grand événement couru par les professionnels mais qui suscite aussi l'intérêt du grand public afin que l'économie numérique française soit mondialement à l'honneur avec trois mots ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant