Viticulture biologique : Comment lutter contre la flavescence dorée ?

le
0
Viticulture biologique : Comment lutter contre la flavescence dorée ?
Viticulture biologique : Comment lutter contre la flavescence dorée ?

Le cahier des charges de l'agriculture bio interdit l'utilisation des pesticides de synthèse. Il est donc normal que les viticulteurs bio n'utilisent pas ces pesticides pour traiter leurs vignes. Aussi quand le viticulteur bio Emmanuel Giboulot a reçu en 2013 un ordre préfectoral l'obligeant à traiter avec des produits chimiques non bio ses 10 hectares de vignes exploités en biodynamie en Côte d'Or, il a naturellement refusé. Mal lui en a pris car il s'est retrouvé devant le tribunal avec le risque d'être condamné à 6 mois de prison et de payer une amende de 30 000 euros.

Deux logiques contradictoires

Dans cette affaire deux logiques s'affrontent. Celle du viticulteur bio qui veut et qui doit naturellement respecter le cahier des charges bio et de la biodynamie, et celle du Préfet qui veut protéger les vignobles bio contre la flavescence dorée, une maladie très contagieuse incurable et mortelle pour la vigne, et qui considère que seuls les pesticides de synthèse sont efficaces face à la cicadelle, l'insecte responsable de cette maladie.

Qui a raison ?

Emmanuel Giboulot estime que l'insecticide, qu'il aurait dû utiliser, n'est pas sélectif et aurait certes détruit la cicadelle, mais aussi une partie de la faune auxiliaire sur laquelle il s'appuie pour sa culture en biodynamie, et aurait réduit à néant tous ses efforts pour développer des approches alternatives depuis qu'il s'est lancé dans le bio en 1985.

Le Préfet estimait lui que

(...) Lire la suite de l'article
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant