Visitors-book améliore la satisfaction des clients dans les magasins

le
0
Une start-up française de logiciels, fondée par l'ancien patron de Bull-CP8, a lancé une solution simple pour améliorer l'accueil dans les magasins.

Qui n'a pas été agacé dans un supermarché par le peu d'aide apporté par les vendeurs ? Un moyen simple pour améliorer la satisfaction des clients dans les magasins est proposé par une entreprise française, Jade-I, qui a conçu un logiciel original ajouté à un terminal de paiement et un service baptisé Visitors-Book. «Le management par les clients peut être créé», assure David Lévy, fondateur de la start-up et ancien patron de l'entreprise de cartes à puce Bull-CP8. Et d'ajouter : «Une fois que le client a effectué son achat, il répond à une seule question, en langage naturel, sur le terminal de paiement. Le simple fait de savoir que les clients sont interrogés sur l'accueil dans le magasin ou l'amabilité des caissiers suffit à améliorer la motivation des équipes de vente». La solution a été testée dans les magasins Lapeyre, en France, et les résultats sont très encourageants. La satisfaction des clients a été améliorée de 10 points. «Toutes les enseignes de distribution et les entreprises qui vendent des services en direct à leurs clients, comme la SNCF, peuvent être intéressés par cette solution», ajoute le fondateur de l'entreprise.

Car au lieu d'utiliser des enquêtes traditionnelles, réalisées à la sortie de caisses, dont les informations sont ensuite traitées puis envoyées aux distributeurs, la solution de la start-up permet de créer une sorte de livre de bord, quotidien. «Les clients acceptent de répondre à une seule question. C'est rapide et immédiat. Tous les soirs, les informations sont remontées à la base de données et, les indicateurs peuvent être suivis au jour le jour».

Pour développer sa solution, Jade-I a passé un accord avec Ingenico pour ajouter son logiciel au terminal de paiement. Et des accords sont en négociation avec les autres spécialistes des terminaux, l'américain Hypercom et le français Atos.

Pour développer sa solution, la start-up a levé 1,6 million d'euros en avril. Fort de ses premiers résultats et de son potentiel de croissance, l'entreprise vient d'être un des lauréats de la création d'entreprises par le ministère de la Recherche et Oseo.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant