Visite guidée de l'Accorhotels Arena, un Bercy plus grand et plus ouvert

le
0

VIDÉO - Inauguré en octobre dernier, l’Accorhotels Arena est une version profondément rénovée de l’ancien POPB de Paris-Bercy. En partenariat avec le Pavillon de l’Arsenal, le Figaro Immobilier vous fait découvrir ces changements.

Dans le quartier de Bercy, la plus grande enceinte couverte de France a fait bien plus que changer de nom. Devenu l’Accorhotels Arena, l’ancien Palais omnisports de Paris-Bercy a eu droit à une cure jouvence de 18 mois à 110 millions d’euros. Le Figaro Immobilier, en partenariat avec le Pavillon de l’Arsenal, centre d’urbanisme et d’architecture de Paris et de la métropole parisienne, vous fait découvrir comment les architectes ont transformé ce temple du sport et des spectacles sans quasiment touché à son enveloppe.

Bien sûr, la motivation première de la rénovation était d’ordre technique mais les architectes de ce chantier, Daniel Vaniche et Vincent Dominguez, ont voulu aller «au-delà». «Le POPB qu’on connaissait était un bâtiment renfermé sur lui-même autant de l’intérieur qu’à l’extérieur, souligne Daniel Vaniche. Nous avons voulu créer un urbanisme qui rapproche le bâtiment des riverains.» Résultat: un cheminement plus facile autour du bâtiment avec la création d’une large passerelle pour aller jusqu’au parc de Bercy.

Résille métallique et toiture végétalisée

À l’intérieur, pas question de toucher à «la résille métallique de l’architecte Jean Prouvé, que tout le monde connaît» ni aux pelouses «qui ont défrayé la chronique, à l’époque, mais reste un des exemples de toiture végétalisée qui a très bien fonctionné». Les architectes se sont notamment concentrés sur le hall d’entrée pour le rendre «plus ouvert, plus visible et plus lisible». Au passage, le hall a été agrandi et des verrières ont été créées et/ou modifiées. Et le faux plafond en bois à facettes apporte une touche d’élégance à l’ensemble.

Mais la principale prouesse reste de faire passer le nombre de places assises de 17.000 à 20.000 sur les fondations existantes. Une performance réalisée «en rajoutant des balcons en encorbellement posés sur les portiques existants». «Un dernier aspect invisible du grand public mais très important dans le chantier a consisté à redonner du confort aux utilisateurs qui font le spectacle», rappelle Vincent Dominguez. C’est ainsi que les vestiaires, notamment, ont été agrandis et améliorés.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant