Visite du président sud-africain Jacob Zuma en Iran

le
0
    DUBAI/JOHANNESBURG, 24 avril (Reuters) - Le président 
sud-africain Jacob Zuma est arrivé en Iran dimanche dans le but 
de renforcer les relations politiques et commerciales entre les 
deux pays, conséquence de la levée des sanctions contre la 
république islamique. 
    Selon la presse iranienne, l'Iran et l'Afrique du Sud ont 
signé huit accords de coopération en matière commerciale, 
industrielle, sur les investissements, l'agriculture, les 
ressources en eau et la recherche et le développement dans 
l'industrie pétrolière. 
    Aucune précision sur ces accords n'a été donnée. 
    Les deux pays ont également appelé au renforcement de la 
coopération dans le domaine du renseignement dans le cadre de la 
lutte contre le terrorisme, indiquent aussi les médias iraniens. 
    Les discussions ont porté sur plusieurs mécanismes visant à 
"renforcer les relations politiques, commerciales, dans 
l'investissement et l'économie, entre nos deux pays, ainsi 
qu'entre les personnes", a déclaré le président Zuma après son 
arrivée selon un communiqué de ses services. 
    "La levée des sanctions contre l'Iran liées au nucléaire 
constitue un potentiel énorme pour une coopération plus étroite 
en matière commerciale et d'investissement entre l'Afrique du 
Sud et l'Iran", déclare la présidence. 
    Le président iranien Hassan Rohani a rappelé que l'Afrique 
du Sud avait soutenu l'Iran quand le pays était sous les 
sanctions, rapporte la télévision publique. 
    "Aujourd'hui, après les accords nucléaires et la fin des 
sanctions contre l'Iran, il y a une rude compétition entre les 
pays européens et asiatiques pour des accords de coopération 
avec l'Iran, mais nous n'oublierons jamais nos amis intimes de 
l'époque des sanctions", a déclaré Hassan Rohani à propos de 
l'Afrique du Sud. 
    Pretoria envisage de construire une raffinerie de pétrole 
qui traitera le pétrole brut iranien, ce qui permettra à 
l'Afrique du Sud de réduire sa dépendance aux compagnies 
étrangères.  
    Peu d'accords commerciaux ont été mis en oeuvre depuis la 
levée des sanctions en échange de l'encadrement du programme 
nucléaire iranien, dans la mesure où les banques étrangères ne 
peuvent pas traiter les transactions. L'Iran a fait part de sa 
déception. 
    Il y a une dizaine de jours, le 15 avril, l'Iran a appelé 
les Etats-Unis et l'Union européenne à l'aider à accéder au 
système financier international, mais la Maison blanche a 
répondu que l'accord nucléaire ne prévoyait pas d'accorder ce 
genre d'accès à Téhéran. 
    La visite de Jacob Zuma en Iran est la deuxième visite 
d'Etat sud-africaine dans le pays. L'ancien président Nelson 
Mandela, décédé en 2013, s'était rendu à Téhéran en 1999. 
 
 (Nqobile Dludla à Johannesburg et bureau de Dubai; Danielle 
Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant