Visite de Jean-Claude Juncker en Russie mi-juin

le
0
 (Actualisé avec détails, contexte, citations) 
    par Alastair Macdonald 
    BRUXELLES, 30 mai (Reuters) - Le président de la Commission 
européenne, Jean-Claude Juncker, a accepté une invitation au 
Forum économique international de Saint-Pétersbourg en Russie le 
16 juin, a annoncé lundi à Bruxelles une porte-parole de la CE. 
    Il s'agit du premier déplacement d'un chef de l'exécutif 
européen en Russie depuis l'annexion de la Crimée au printemps 
2014 et la décision de l'Union européenne d'imposer des 
sanctions économiques à Moscou pour son rôle dans la crise 
ukrainienne. 
    "Le président Juncker a été invité et compte participer au 
Forum économique international de Saint-Pétersbourg le 16 juin", 
a déclaré la porte-parole de la Commission. "Il profitera de 
cette occasion pour exprimer au gouvernement russe, mais 
également à un public plus large, le point de vue de l'UE 
concernant l'état actuel des relations entre l'UE et la Russie". 
    Voici dix jours, les responsables européens disaient ignorer 
si Juncker, qui préconise une amélioration des relations avec la 
Russie, accepterait l'invitation du Kremlin, même si les 
autorités russes s'attendaient, elles, à ce qu'il soit présent à 
Saint-Pétersbourg. 
    Certains Européens ont critiqué l'attitude conciliante de 
l'ancien Premier ministre luxembourgeois qui fait valoir la 
nécessité d'une "relation pragmatique" avec le pouvoir russe. 
    L'Union européenne, qui dénonce le "rôle déstabilisateur" de 
Moscou en Ukraine, a imposé ses premières sanctions en juillet 
2014, en riposte à l'annexion de la Crimée et au soutien que les 
Européens accusent les autorités russes d'apporter aux 
séparatistes de l'Est ukrainien. Les sanctions actuellement en 
vigueur expirent le 31 juillet. 
    Mais plusieurs pays, comme la Hongrie, la Grèce ou l'Italie, 
s'interrogent sur la pertinence de ces sanctions économiques que 
les Etats-Unis estiment devoir être maintenues tant que les 
autorités russes ne remplissent pas leur part des accords de 
paix en Ukraine conclus à Minsk. 
     
    PROBABLE PROLONGATION DES SANCTIONS 
    Voici une dizaine de jours, Federica Mogherini, haute 
Représentante de l'Union européenne pour la politique étrangère 
et de sécurité commune, déclarait que les sanctions économiques 
prises contre la Russie par l'UE seraient sans doute reconduites 
en juillet et ce en dépit de la visite de Vladimir Poutine en 
Grèce la semaine passée. 
    La porte-parole du président de la Commission européenne a 
confirmé lundi que la tendance était à un maintien des sanctions 
et que les restrictions ne seraient levées que si les accords de 
Minsk étaient appliqués. 
    En octobre, Jean-Claude Juncker avait provoqué une 
controverse en affirmant que la confrontation entre l'Union 
européenne et la Russie ne "pouvait pas continuer de la sorte" 
et que l'UE ne devait pas se laisser "dicter" par les Etats-Unis 
son attitude à l'égard de Moscou. 
    De son côté, le porte-parole de la présidence russe, Dmitri 
Peskov, a déclaré "ne pas être excessivement optimiste quand à 
l'éventualité" de progrès dans les relations avec les Européens. 
    "Le président (Vladimir) Poutine a exprimé à plusieurs 
reprises son intérêt et l'intérêt de Moscou à mener et à élargir 
ce genre de dialogue", a ajouté Peskov. 
 
 (Alastair Macdonald et Gabriela Baczynska avec Dmitry Soloyov à 
Moscou; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant