Visite de François à Auschwitz : un historien décrypte le geste du pape

le , mis à jour à 08:20
3
Visite de François à Auschwitz : un historien décrypte le geste du pape
Visite de François à Auschwitz : un historien décrypte le geste du pape

Expert de la papauté, Jean-François Colosimo est historien des religions, professeur de théologie et directeur des Editions du Cerf.

 

Quel sens donner à la visite du pape François à Auschwitz ?

JEAN-FRANÇOIS COLOSIMO. Ce pape du Sud, ami réputé de la communauté juive de Buenos Aires, veut montrer, pour son premier grand voyage sur le Vieux Continent, qu'il ne méconnaît pas l'Europe et son histoire. Mais aussi que l'Eglise catholique a vraiment rompu avec l'antijudaïsme qu'on a pu reprocher à la tradition chrétienne. Sous le pontificat de Jean-Paul II, les institutions juives avaient très mal vécu l'installation, entre 1985 et 1993, des carmélites à l'intérieur d'Auschwitz, accusés de christianiser le camp devenu un lieu de la division des mémoires. Enfin, il envoie aux conservateurs de l'épiscopat polonais divisé sur l'accueil des migrants le message de l'impératif d'humanité, aujourd'hui comme hier : l'Eglise ne peut pas se fermer aux autres.

 

Que sait-on précisément de l'attitude du pape italien Pie XII à l'égard des juifs durant la guerre ?

L'affaire est très complexe. Elle porte sur les silences de Pie XII. Il ne fut pas l'allié de Hitler. Mais des historiens estiment qu'il n'a pas été un adversaire constant et déclaré du nazisme tout en rappelant qu'il a aidé les juifs de Rome. Le débat aujourd'hui, c'est « pourquoi n'a-t-il pas fait plus » et « est-ce qu'il pouvait faire plus ». Les archives secrètes du Vatican entre 1939 et 1945, qui contiennent, notamment, les télégrammes échangés entre le Vatican et l'Allemagne ou les comptes rendus des réunions avec les forces d'occupation nazies à Rome, pourraient donner des indications. Et ainsi faire pencher la balance dans un sens ou un autre. Mais pour l'heure, ces documents diplomatiques ne sont pas consultables.

 

La décision de les ouvrir aux chercheurs revient au pape qui a laissé entendre qu'il y était favorable, va-t-il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1521213 il y a 11 mois

    Quel rapport ?

  • charleco il y a 11 mois

    Va-t-il aller à Gaza?

  • M3182284 il y a 11 mois

    Le pape continue de témoigner sa préférence aux morts non chrétiens du passé , qu aux chrétiens que l'on massacre aujourd'hui.