Visé par un projet de loi, l'empire de Slim chute en Bourse

le
1
VISÉ PAR UN PROJET DE LOI, L'ACTION D'AMERICA MOVIL CHUTE EN BOURSE
VISÉ PAR UN PROJET DE LOI, L'ACTION D'AMERICA MOVIL CHUTE EN BOURSE

MEXICO (Reuters) - L'action d'America Movil, le géant mexicain des télécommunications dirigé par le multimilliardaire Carlos Slim, a poursuivi sa chute en Bourse vendredi après l'adoption par une commission du Congrès d'un projet de loi visant à restreindre son emprise sur le marché national.

Le texte, dévoilé lundi par le président Enrique Pena Nieto, est censé permettre la réforme la plus ambitieuse depuis des décennies du secteur des télécoms et de celui de la télévision.

Il prévoit entre autres de favoriser l'entrée de concurrents étrangers dans ces secteurs et de donner aux autorités de régulation le pouvoir de contraindre les acteurs historiques à céder certains actifs si leur part de marché dépasse 50%.

Jeudi soir, la commission constitutionnelle de la Chambre des députés a adopté le projet sans l'amender, ce qui doit permettre à l'ensemble de la Chambre de se prononcer à son sujet dès la semaine prochaine, avant son examen par le Sénat.

Les élus du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), dont est issu le chef de l'Etat, estiment que le projet devrait être adopté par l'ensemble du Congrès avant la fin avril.

A la Bourse de Mexico, le titre America Movil perdait 4,29% en clôture, portant à près de 15% son repli sur l'ensemble de la semaine. Le titre est tombé en séance à 11,53 pesos, son plus bas niveau depuis avril 2009.

Mercredi, il avait perdu près de 8% sur la journée, avant de rebondir jeudi, soutenu notamment par des achats de titres réalisés par le groupe lui-même.

Carlos Slim, connu pour être l'homme le plus riche du monde, contrôle environ 70% du marché mexicain de la téléphonie mobile et 80% de celui de la téléphonie fixe.

Mais la chute de l'action America Movil, qui dépasse désormais 20% depuis le début de l'année, a amputé sa fortune et celle de sa famille de plus de sept milliards de dollars.

En mars, le magazine Forbes estimait cette fortune à environ 73 milliards de dollars (56,2 milliards d'euros).

Autre cible du projet de loi, le groupe Televisa, contrôlé par le magnat Emilio Azcarraga et qui détient pratiquement les deux tiers du marché de la télévision au Mexique, affiche une baisse de 1,26% de son cours sur la séance de vendredi et de près de 5% sur la semaine.

Quant à TV Azteca, l'autre grand acteur du marché télévisuel mexicain, il a cédé près de 7% en cinq séances.

Dave Graham et Elinor Comlay; Marc Angrand pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • zoila5 le samedi 16 mar 2013 à 20:47

    il faut envoyer, Free là-bas !!