Visé par Clinton, Mylan baisse le prix d'un médicament

le
0
LE PRIX D'UN MÉDICAMENT VISÉ PAR CLINTON BAISSE
LE PRIX D'UN MÉDICAMENT VISÉ PAR CLINTON BAISSE

NEW YORK (Reuters) - Le groupe pharmaceutique américain Mylan a annoncé jeudi d'importantes remises sur l'EpiPen, son traitement des réactions allergiques graves, au lendemain des critiques d'Hillary Clinton, la candidate démocrate à la Maison blanche, sur l'envolée de ses tarifs.

Mylan n'a pas à proprement parler réduit le prix de vente de l'EpiPen mais il a mis en place un programme de fidélisation qui permettra aux patients d'économiser jusqu'à 300 dollars (266 euros) sur le prix de ce dispositif d'injection jetable, passé depuis 2008 de 100 à 600 dollars. Le laboratoire a également assoupli les critères permettant aux patients non-assurés d'accéder à ce traitement.

Mercredi, Hillary Clinton avait appelé Mylan à baisser volontairement le prix de l'EpiPen, jugeant que le comportement "insultant" du laboratoire constituait "un nouvel exemple dérangeant d'entreprise profitant de ses clients".

Des élus du Congrès avaient de leur côté dit avoir écrit à la Food and Drug Administration (FDA), l'autorité fédérale du secteur de la santé, pour lui demander des précisions sur le processus d'homologation de traitements alternatifs à l'EpiPen.

Jeudi, un porte-parole de la campagne démocrate a salué la décision du groupe pharmaceutique tout en regrettant qu'il n'ait pas opté pour une baisse généralisée du prix de base "excessif" de son traitement.

Le choix de Mylan d'une remise et non d'une baisse du prix de base de l'EpiPen a également été critiqué par plusieurs élus démocrates du Congrès.

CLINTON AVAIT DÉJÀ DÉNONCÉ DES LABORATOIRES "PRÉDATEURS"

La directrice générale du groupe, Heather Bresch, s'est défendue sur la chaîne de télévision CNBC, expliquant que Mylan avait consacré des centaines de millions de dollars à l'amélioration de l'EpiPen depuis qu'il l'a racheté en 2007 à l'allemand Merck KGaA.

"Quand nous avons repris ce produit, ils (Merck) ne dépensaient pas un dollar dessus", a-t-elle ajouté.

A Wall Street, l'action Mylan, qui avait perdu 11% sur les trois premières séances de la semaine, ne regagnait que 0,5% vers 16h50 GMT. Depuis le début de l'année, la valeur boursière du groupe a fondu de près de 20%.

Le laboratoire pharmaceutique est la dernière en date des entreprises privées du secteur de la santé critiquées par des responsables politiques pour leurs pratiques tarifaires. Valeant avait ainsi été visé en mars par une campagne publicitaire du camp Clinton dénonçant des comportements dignes de "prédateurs".

La candidate démocrate avait aussi sévèrement critiqué le laboratoire Turing pour avoir porté de 13,50 à 750 dollars le prix par comprimé d'un antiviral utilisé dans le traitement du sida et chez les femmes enceintes.

Le directeur général de Turing, Marin Shkreli, devenu la cible privilégiée des critiques contre le secteur, a depuis démissionné.

(Ransdell Pierson et Ankur Banerjee; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant