Visco (BCE) prône des achats de dette souveraine pour contrer la déflation

le
0

BERLIN, 11 janvier (Reuters) - Le risque de déflation dans la zone euro ne doit pas être sous-estimé et le meilleur moyen pour la Banque centrale européenne d'y remédier est d'acheter des obligations souveraines, déclare le gouverneur de la Banque d'Italie, Ignazio Visco, dans un entretien publié dimanche par la presse allemande. La BCE envisage de faire tourner la planche à billets pour acheter de la dette souveraine - autrement dit un assouplissement quantitatif - pour éloigner la menace d'une déflation dans la zone euro. "Je peux seulement mettre en garde contre le fait de sous-estimer le risque macro-économique", a déclaré Ignazio Visco, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, au journal Die Welt. "Si les chiffres de l'inflation restent trop bas pendant trop longtemps alors qu'il n'y a presque pas de croissance, on risque d'être aspirés dans une spirale baissière qui ira en s'intensifiant - c'est ce qu'on appelle la déflation." L'inflation en zone euro est passée en territoire négatif en décembre pour la première fois depuis 2009, à -0,2%, principalement sous l'influence de la baisse des prix de l'énergie, selon l'estimation rapide publiée mercredi par Eurostat. ID:nL6N0UM264 "Le pétrole pas cher aide l'économie, sans aucun doute. Mais d'un autre côté il contribue à faire baisser les prix, et c'est un problème quand le taux d'inflation est déjà proche de zéro", observe Ignazio Visco en pointant le risque d'une nouvelle baisse des anticipations d'inflation. "Dans cette situation, le moyen le plus efficace consiste à acheter des obligations souveraines", poursuit-il. "Nous discutons de différentes options au conseil des gouverneurs de la BCE, et aussi de l'achat d'autres types de dette comme les obligations d'entreprises. Mais ce marché-là n'est pas très important." Des sources proches des débats ont dit à Reuters que la BCE envisageait une approche hybride une approche en deux phases qui associerait des achats de dettes souveraines avec partage des risques par l'ensemble de la zone euro couplés à des achats par les banques centrales nationales dont chacune assumerait le risque associé. ID:nL6N0UO1T1 La prochaine réunion monétaire aura lieu le 22 janvier. (Michael Nienaber, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux