Virus Zika : un vaccin en 2017 ?

le
1

Les autorités sanitaires du monde entier se sont lancées dans une course au vaccin contre le virus Zika. Sa propagation aux États-Unis et sur tout le continent américain inquiète. Mais heureusement, un vaccin vient d’être annoncé pour 2017. Explications.

Virus Zika, un vaccin en 2017
Virus Zika, un vaccin en 2017

Une épidémie mondiale

Selon une étude de la revue médicale britannique The Lancet Infectious Diseases, publié le 2 septembre 2016, un tiers de l’humanité (soit 2,6 milliards de personnes) vit dans des pays touchés par le virus Zika. Les pays les plus concernés se trouvant être l’Inde, la Chine, le Pakistan, le Nigéria ou le Bangladesh.
Comme Ebola, le virus Zika est un flavivirus (de la famille des Flaviviridae) et est principalement transmis par les moustiques. Ayant été identifié pour la première fois au Ouganda en 1947 chez les singes, il s’est propagé rapidement dès 2015 et cause des problèmes de santé publique dans plusieurs pays des Caraïbes, d’Amérique du Sud et aux Etats-Unis. A Miami, par exemple, ont été déclarés de nombreux cas d’infections de moustiques locaux en été 2016.
Seule 1 personne contaminée sur 4 développe des symptômes : fièvre, maux de tête, conjonctivite, éruptions cutanées, douleurs musculaires et articulaires, œdème des mains ou des pieds. Si le virus semble inoffensif dans 4 cas sur 5, il provoque néanmoins des complications neurologiques de type syndrome de Guillain-Barré (absence ou réduction des réflexes et troubles sensitifs) et des malformations sur les fœtus chez les femmes enceintes, telles que la microcéphalie (malformation du cerveau du fœtus).

Un vaccin en cours

Jusqu’ici, aucun traitement efficace n’avait été trouvé. Le traitement administré reposait exclusivement sur une thérapeutique symptomatique, prescrite en fonction des signes constatés.
Pour l'enrayer, les autorités américaines ont donc lancé, début août 2016, une série d'essais pour la mise au point d'un vaccin d’ici 2017 par le biais du Centre de recherche en infectiologie de l’Université Laval (Québec) et l’Institut américain des allergies et maladies infectieuses (NIAID). Si les résultats des tests sur les animaux s’avéraient encourageants, ils ne suffisaient pas à entériner cette épidémie. C’est pourquoi un vaccin sera testé pour la première fois sur des humains : quarante personnes en Amérique du Nord et une quinzaine au Québec seront ainsi suivi pendant un an après administration de la dose. Selon Anthony S. Fauci, directeur du NIAID, cet essai constitue un « important pas en avant » et peut-être la fin du virus.
S'ils se révèlent concluants, ces tests déboucheront, début 2017, sur une seconde phase d'essais, élargie aux pays dans lesquels le virus Zika pose de réels problèmes sanitaires, soit une cinquantaine de pays selon la CDC américaine, en charge du contrôle des épidémies.

Trucs & Astuces

Les autorités sanitaires de Californie se préoccupent également de la propagation du virus Zika dans leur Etat, avec plusieurs cas sérieux identifiés. Dans 12 comtés californiens, le moustique responsable de la transmission du virus a été trouvé, ce qui inquiète le département californien de santé publique.
Pour éviter sa prolifération, il est conseillé d’éviter d’éventuelles larves de moustique en vidant l’eau sous les pots de fleurs et des vases. L’utilisation de moustiquaires et le port de vêtements longs est largement conseillés. Il est aussi suggéré aux femmes de retarder leur projet d’avoir un enfant en usant de la contraception dans les zones à risque.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jpb222 il y a 11 mois

    Aucune correlation n a ete trouve entre le virus et les microcephalies , le business Zika se fait sur les effets secondaires des pesticides utilises pour tenter de les erradiquer ... Un coup de maitre de monsanto .