Virus Zika-Les laboratoires s'activent pour mettre au point un vaccin

le
0
    30 janvier (Reuters) - Les laboratoires pharmaceutiques et 
les scientifiques s'activent pour tenter de mettre au point un 
vaccin contre la maladie provoquée par le virus Zika, présent 
désormais dans 23 pays et territoires du continent américain, où 
il se propage rapidement. 
    Le Brésil, pays le plus touché, a signalé d'ores et déjà 
3.700 cas de microcéphalie, dont les scientifiques soupçonnent 
très fortement le virus Zika d'être responsable. 
    L'Organisation mondiale de la santé (OMS), piquée par les 
reproches qui lui avaient été adressés d'avoir réagi trop 
lentement à l'épidémie de fièvre Ebola en Afrique de l'Ouest, a 
convoqué une réunion d'urgence pour lundi afin d'élaborer une 
riposte à la propagation du virus Zika. 
    La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a déclaré 
vendredi la guerre contre le virus Zika, appelant à une 
mobilisation nationale pour éradiquer le virus du genre Aedes 
responsable de l'épidémie. (Voir  ) 
    "Nous n'avons pas encore de vaccin contre le Zika. La seule 
chose que nous pouvons faire est de combattre ce moustique", 
a-t-elle dit à la presse, lors d'une visite dans un des centres 
sanitaires chargés de faire face à l'épidémie. 
    Le président américain, Barack Obama, s'est entretenu 
vendredi au téléphone avec son homologue brésilienne de la 
propagation du virus, a fait savoir la Maison blanche. 
    "Les dirigeants sont convenus de l'importance des efforts de 
coopération pour améliorer notre connaissance, les recherches, 
et pour accélérer les travaux de mise au point de vaccins et 
autres technologies permettant de juguler le virus", a indiqué 
la Maison blanche. 
    Aux Etats-Unis, on dénombre au moins 31 personnes 
contaminées par le virus, toutes à la suite d'un voyage dans les 
pays touchés. 
     
    RECHERCHES SUR UN VACCIN 
    Le virus Zika affecte le Brésil alors qu'il prépare les Jeux 
olympiques prévus à Rio de Janeiro du 5 au 21 août, qui 
attireront des centaines de milliers d'athlètes, de membres 
d'équipes et de spectateurs. 
    Le virus Zika était considéré comme une maladie relativement 
bénigne, jusqu'à ce que les services sanitaires du Brésil 
estiment qu'il y avait lieu de s'inquiéter pour les femmes 
enceintes. Le virus a été relié à plusieurs milliers de 
malformations néonatales, dont des microcéphalies, une anomalie 
de la croissance de la boîte crânienne, et des déficiences 
sévères de la vue. (voir  ) 
    D'après l'OMS, la maladie due au virus Zika pourrait toucher 
à terme trois à quatre millions de personnes principalement en 
Amérique latine. 
    Ceux qui s'emploient à mettre au vaccin ont fait savoir 
qu'un vaccin ne serait pas disponible pour le grand public avant 
des mois au moins, sinon des années. 
    La perspective la plus rapprochée de vaccin pourrait venir 
d'un consortium qui comprend notamment la société pharmaceutique 
Inovio  INO.O , laquelle a parlé d'une possibilité de vaccin à 
des fins d'urgence d'ici la fin de l'année. L'action Inovio a 
gagné plus de 15% vendredi lors des échanges. 
    Une autre société, Hawaii Biotech, dit avoir lancé à 
l'automne dernier un programme visant à tester un vaccin, alors 
que le virus commençait à se propager au Brésil. Elle n'a pour 
l'heure pas fixé de date prévisionnelle pour des essais 
cliniques. 
    "Actuellement, nous en sommes à la phase préclinique, comme, 
je le pense, tout le monde", a dit à Reuters le patron de 
l'entreprise, Elliot Parks. 
    Un autre fabricant de vaccins, Replikins, dont le siège est 
à Boston, dit se préparer à des expériences sur des animaux, en 
vue d'élaborer un vaccin, dans les 10 jours à venir. Les 
résultats de ces essais sur des souris et des lapins devraient 
être connus dans deux mois environ, a dit à Reuters le président 
de Replikins, Samuel Bogoch. 
 
 (Rod Nickel et Natalie Grover; Eric Faye pour le service 
français) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant