Virus Ebola : la France déconseille de se rendre dans les pays d'Afrique touchés

le
0
Virus Ebola : la France déconseille de se rendre dans les pays d'Afrique touchés
Virus Ebola : la France déconseille de se rendre dans les pays d'Afrique touchés

Le Quai d'Orsay déconseille aux Français de se rendre dans les pays d'Afrique de l'Ouest où sévit une épidémie de fièvre Ebola. Cette recommandation intervient alors que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a exhorté vendredi à une mobilisation internationale contre le virus qui «avance plus vite» que les efforts pour l'endiguer. Les trois pays ouest-africains, Guinée, Sierra Leone et Liberia, ont décidé d'imposer un cordon sanitaire autour de l'épicentre de l'épidémie.

«Sauf raison impérative», le ministère français des Affaires étrangères «recommande de suspendre tout projet de voyage dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés : Guinée, Sierra Leone, Libéria et Nigéria» peut-on lire sur le site du ministère diplomatie.gouv.

Dans les colonnes du Parisien, la Ministre de la Santé Marisol Touraine s'était déclarée jeudi «extrêmement vigilante» face à l'évolution de l'épidémie. Elle s'était dite toutefois confiante. La France «a les moyens de faire face» à cette crise sanitaire a-t-elle affirmé, assurant qu'«à l'heure actuelle, le risque d'importation du virus en Europe et en France est faible».

Un cordon sanitaire autour de l'épicentre de l'Ebola

Les trois pays ouest-africains, Sierra Leone, Liberia et Guinée, en proie au virus Ebola ont décidé de mettre en place un cordon sanitaire, autour de l'épicentre de l'épidémie, une zone située à leur frontière commune, a annoncé vendredi un haut responsable à l'issue d'un sommet régional à Conakry (Guinée). C'est au niveau de cette zone frontalière que se concentre plus de 70 % de l'épidémie.

Dans cette zone, qui sera isolée par la police et l'armée, les services de santé seront «renforcés pour que le traitement, le dépistage et le traçage des contacts puissent être réalisés efficacement» a précisé la directrice de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) Margaret Chan. Il a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant