Virer son coach à trois journées de la fin, idée à la con ?

le
0
Virer son coach à trois journées de la fin, idée à la con ?
Virer son coach à trois journées de la fin, idée à la con ?

Dans une saison particulièrement dangereuse pour les entraîneurs, Marseille et Reims ont fait fort : couper la tête de leur stratège dans la dernière ligne droite du championnat. Si l'OM est a priori hors de danger, ce n'est pas le cas des Champenois. Fallait-il vraiment dégager le coach ? Maintenant ?

Avec Olivier Guégan, débarqué par le Stade de Reims suite à la dernière défaite de son équipe à Nice, la Ligue 1 en est à 12 entraîneurs virés depuis le début du championnat. Un cru particulièrement sanglant alors que la saison passée, ils n'étaient que quatre à avoir pris la porte. De quoi mobiliser l'UNECATEF. "La direction des clubs concernés cherche un effet psychologique, rien de plus."László BölöniPlus surprenant encore est le timing des " remerciements " : David Guion, directeur de la formation à Reims, n'a que trois matchs pour décrocher le maintien, quand Franck Passi en a à peine plus pour le valider. Autant dire qu'il " ne faut pas attendre des miracles car en trois matchs, tu ne fais rien " estime László Bölöni, l'ancien technicien de Nancy ou Lens. " La direction des clubs concernés cherche un effet psychologique, rien de plus. " Ce fameux choc psychologique qui peut transformer onze chèvres en prédateurs impitoyables ?

Coup de poker psychologique


A Marseille, l'intérimaire Franck Passi a d'ailleurs bien délimité le cadre de sa fonction lors de sa première conférence de presse, la veille d'affronter Sochaux en demi-finale de Coupe de France : " essayer d'atteindre le cerveau et le cœur des joueurs. " Ce qu'en Champagne, on a justifié par le besoin d'insuffler " de la fraîcheur, un supplément d'âme. " Pour Jean-Marc Furlan, qui a quitté Troyes en cours de saison, l'entraîneur qui reprend un groupe à quelques encablures de la fin du championnat a donc tout intérêt à assurer pendant ses causeries. " Cela ne doit pas forcément durer très longtemps, 3 à 5 minutes, d'ailleurs parfois c'est même mieux de ne pas parler, mais le coach doit trouver les bons mots, les ressorts qui parlent aux joueurs. "

C'est fini pour Michel !
"On a des entraîneurs dont c'est la spécialité, qui sont excellents sur le court terme."Jean-Marc FurlanCe qui avait fonctionné pour Guégan à Evian la saison passée, mais s'est…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant