Viols en Inde : la police évolue à marche forcée

le
0
Sous la pression de l'opinion, les policiers ont changé d'attitude vis-à-vis des victimes, depuis la mort d'une étudiante, fin 2012.

L'enquête a été rondement menée. Le 22 août, une photojournaliste en reportage dans une usine désaffectée de Bombay est violée par cinq hommes. Son collègue intervient. Il est battu puis ligoté. En moins de 24 heures, les enquêteurs diffusent les portraits-robots. Dimanche, le cinquième et dernier suspect est arrêté.

L'affaire rappelle le viol en réunion qui avait choqué l'opinion en Inde en décembre. Une étudiante avait été attaquée dans un bus à Delhi avant de succomber à ses blessures. En colère contre une police incompétente, les Indiens avaient manifesté en masse. «Depuis, l'attitude des policiers change», estime Flavia Agnes, une avocate de Bombay qui dirige le Majlis Legal Centre, une ONG d'aide juridique pour les femmes victimes de violences. «Avant, certains policiers refusaient de nous laisser parler aux victimes ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant