Viols d'enfants en Centrafrique : le lanceur d'alerte réintégré

le
2
Viols d'enfants en Centrafrique : le lanceur d'alerte réintégré
Viols d'enfants en Centrafrique : le lanceur d'alerte réintégré

Un tribunal interne à l'ONU a ordonné la réintégration du Suédois Anders Kompass, directeur des opérations du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme basé à Genève, qui avait été suspendu pour avoir transmis à la France le rapport révélant les accusations de viols d'enfants par des soldats français en Centrafrique entre décembre 2013 et mai 2014.

Le jugement du Tribunal du contentieux administratif des Nations unies a été rendu mardi. Le cadre onusien, placé en congé administratif avec plein salaire le 17 avril pour avoir transmis à l'été 2014 ce rapport confidentiel à la France, a repris officiellement du service. Il continue malgré tout de faire l'objet d'une enquête interne de l'ONU qui l'accuse d'avoir transmis un document confidentiel, sans même avoir pris la précaution d'enlever les noms des victimes présumées, et d'avoir court-circuité ses supérieurs.

Ces témoignages ont été recueillis par des personnels de l'ONU déployés en Centrafrique. Ils «retracent des faits qui auraient été commis sur une dizaine d'enfants, sur le site de l'aéroport de M'Poko (à Bangui), entre décembre 2013 et juin 2014», selon le ministère de la Défense français. Ces accusations ont justifié l'ouverture d'une enquête préliminaire en juillet 2014 à Paris, restée secrète jusqu'à ce qu'un article du quotidien britannique «The Guardian» révèle l'affaire fin avril.

VIDEO. Accusations de viols : les enfants suivis psychologiquement

L'ONU réfute les dates avancées par Kompass

D'après le jugement du Tribunal du contentieux administratif des Nations unies, Anders Kompass dit avoir reçu à la mi-juillet une copie du rapport de l'ONU. Il dit en avoir parlé le 23 juillet avec un représentant de la mission française auprès de l'ONU à Genève. Il affirme en avoir informé peu après le Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l'Homme à Genève et avoir transmis une copie du rapport aux autorités ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 6 mai 2015 à 19:07

    ET dans l'EN française, on enterre les affaires qui ont été signalées plus de 10 ans avant les faits...belle conception de la pédophilie. C'est comme les curés, la honte nationale, mais les enseignants ayant carte du PS....une simple bavure.

  • M3182284 le mercredi 6 mai 2015 à 19:01

    Selon les opinions, un lanceur d'alerte est un délateur,.