Violents combats en Syrie avant l'arrêt des hostilités

le
0
    BEYROUTH, 26 février (Reuters) - D'intenses raids aériens 
ont été signalés contre les zones tenues par les rebelles 
syriens à l'est de Damas tandis que les combats se poursuivaient 
dans la majeure partie de l'ouest de la Syrie vendredi, quelques 
heures avant l'entrée en vigueur du plan de cessation des 
hostilités. 
    Au moins dix raids aériens et des tirs d'artillerie ont pris 
pour cible la ville de Douma dans la plaine de la Ghouta 
orientale près de Damas, rapporte l'Observatoire syrien des 
droits de l'homme (OSDH) qui documente le conflit grâce à des 
contacts sur place. 
    Les services de secours dans cette zone tenue par les 
rebelles ont indiqué sur leur compte Twitter que des victimes 
civiles étaient à déplorer, sans fournir de bilan. 
    L'accord de "cessation des hostilités" doit entrer en 
vigueur à minuit (22h00 GMT vendredi). 
    Le gouvernement syrien a approuvé ce plan présenté par les 
Russes et les Américains tandis que l'opposition, qui a exprimé 
de vives réserves, s'est dit prête à une trêve de deux semaines 
pour vérifier la bonne volonté du pouvoir syrien et de ses 
alliés russes et iraniens. 
    Le gouvernement syrien a toutefois affirmé qu'il 
continuerait à combattre les djihadistes de l'Etat islamique 
(EI) et les groupes liés à Al Qaïda comme le Front al Nosra. 
    La Ghouta orientale, place forte du groupe rebelle Djaïch al 
Islam représenté au sein de l'alliance de l'opposition, est la 
cible régulière de l'armée syrienne et de ses soutiens. 
    L'OSDH a également fait état de tirs d'artillerie des forces 
gouvernementales et de frappes aériennes au cours de la nuit 
dans la province de Hama et de bombardements dans la province de 
Homs. 
    Les combats ont également repris au lever du jour dans la 
province de Lattaquié où le pouvoir syrien tente de reprendre 
autant de territoires que possible, près de la frontière avec la 
Turquie. 
    Barack Obama a indiqué jeudi que les Etats-Unis étaient 
prêts à parvenir à un accord tout en reconnaissant qu'il 
existait de "nombreuses raisons au scepticisme". 
     
 
 (Tom Perry; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant