Violents bombardements à Alep-Est

le , mis à jour à 22:49
0
 (Précisions tout du long) 
    BEYROUTH, 15 novembre (Reuters) - La partie orientale 
d'Alep, tenue par les rebelles syriens, a connu mardi matin ses 
premiers raids aériens depuis plusieurs semaines, a rapporté un 
responsable de la défense civile. 
    Ils ont fait au moins trois morts, selon l'Observatoire 
syrien des droits de l'homme (OSDH).  
    La télévision d'Etat syrienne a déclaré que l'aviation 
gouvernementale avait participé à des raids contre des "bastions 
terroristes" dans la vieille ville d'Alep et la Russie a dit 
avoir frappé des positions de l'Etat islamique et de l'ex-Front 
al Nosra ailleurs en Syrie, sans mentionner Alep.  
    Ces bombardements semblent toutefois marquer la fin de la 
"pause humanitaire" décrétée par le gouvernement syrien et son 
allié russe sur la grande ville du nord de la Syrie le 18 
octobre dernier.  
    La chaîne Ikhabariah, contrôlée par l'Etat syrien, a fait 
état de larges déploiements de troupes sur plusieurs fronts de 
la région d'Alep en prélude à une vaste offensive terrestre 
qu'elle a présentée comme imminente.  
    Les raids ont eu lieu dans les quartiers d'Haïdariya, 
d'Hanano et de Sakhour, selon le responsable de la défense 
civile, nommé Ibrahim Abou al Laïs. "Nous n'avons pas connu ce 
genre d'attaques depuis plus de 15 jours", a-t-il déclaré. 
    L'OSDH en signale d'autres à Cheikh Faris, Bab al Naïrab, 
Kadi Askar et Al Katerdji. Certains ont été menés par des 
hélicoptères qui ont largué des barils d'explosifs, précise 
l'ONG établie à Londres, qui dispose d'un réseau d'informateurs 
sur le terrain.  
    "Nos maisons sont secouées par le souffle (des explosions). 
Des avions nous survolent et les bombardements ont lieu autour 
de nous", a déclaré Modar Chekho, un habitant d'Alep-Est joint 
par Reuters.  
     
    UN PORTE-AVIONS RUSSE PREND PART AUX OPÉRATIONS 
    La partie orientale d'Alep, assiégée depuis l'été, a été 
visée par une vaste offensive gouvernementale lancée en 
septembre avec l'appui de l'aviation russe, avant la pause 
déclarée en octobre.  
    Les rebelles ont alors lancé leur propre assaut sur 
Alep-Ouest, mais tous ces gains ont été effacés récemment par 
les forces loyalistes.  
    Lundi et mardi, des frappes aériennes ont visé des hôpitaux 
dans trois villes et villages situés en territoire rebelle à 
l'ouest d'Alep, qui ont été mis hors d'état de fonctionner. 
Damas et Moscou ont nié avoir ciblé ces établissements.  
    D'autres frappes, y compris sans doute par des missiles de 
croisière russes, ont touché Sarakeb, dans la province d'Idlib, 
au sud-ouest d'Alep.  
    Le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a fait état 
mardi de tirs de missiles coordonnés en direction de positions 
rebelles et a annoncé que l'Amiral-Kouznetsov, unique 
porte-avions russe, avait pour la première fois pris part aux 
opérations.  
    Des avions impliqués dans les bombardements du jour ont 
décollé du bâtiment, qui se trouve en Méditerranée, a-t-il 
déclaré. Des missiles ont en outre été tirés d'une frégate russe 
et d'un dispositif terrestre mobile, a poursuivi le ministre, 
sans mentionner Alep. 
    "Nous avons procédé à une recherche avancée et complète de 
toutes les cibles. Il s'agit de dépôts de munitions, de centre 
d'entraînement et d'ateliers terroristes", a poursuivi Sergueï 
Choïgou, qui rendait compte des opérations au président Vladimir 
Poutine, à Sotchi. Il a ajouté que les bombardements allait se 
poursuivre. 
    Ces raids ont été "fermement condamnés" par le département 
d'Etat américain, qui a également dénoncé les bombardements 
d'hôpitaux de ces derniers jours dans la région, en violation du 
droit international.  
    Elizabeth Trudeau, porte-parole du département d'Etat, a 
déclaré que la Russie n'avait autorisé aucune livraison d'aide 
humanitaire durant la suspension de ses raids aériens. 
    "Elle laisse les habitants d'Alep-Est mourir de faim tout en 
allant chercher les louanges de la communauté internationale en 
interrompant des bombardements aveugles pendant trois semaines", 
a-t-elle dit. 
 
 (Ellen Francis et Angus McDowall avec Denis Pinchuk à Sotchi et 
Katya Golubkova à Moscou; Eric Faye, Jean-Philippe Lefief et 
Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant