Violents affrontements entre tribus au sud de l'Algérie

le
0
Les incidents survenus entre Touaregs et Arabes à la frontière du Mali auraient fait une vingtaine de morts.

«Jamais nous n'avons connu une telle violence. Ils se sont battus avec des sabres et des barres de fer!» Ali, Touareg de Bordj Badji Mokhtar, n'en revient toujours pas. Sa ville, frontalière avec le Mali, à 2 200 kilomètres d'Alger, a toutes les peines à retrouver son calme après les affrontements qui ont éclaté mardi 13 août entre deux tribus: les Idnans (Touaregs) et les Barabiches (Arabes).

Le bilan des victimes est controversé. Pendant que les autorités algériennes relèvent 9 morts, les habitants de Bordj Badji Mokhtar affirment qu'il y en a eu une vingtaine, pour la plupart enterrés à l'extérieur de la ville. «Dans le Sahara, les gens ne déclarent pas leurs morts, explique Mohammed, un habitant de Ghardaïa. Car leur identité est revendue, en moyenne 300 000 DA, à d'autres membres de la famille ou à des Maliens, pour qui la nationalité algérie...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant