Violentes manifestations contre le report des élections en RDC

le
0
    KINSHASA, 26 mai (Reuters) - Des heurts entre manifestants 
et forces de l'ordre ont fait deux morts, dont un policier, 
jeudi à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo 
(RDC), lors d'un rassemblement contre le probable report des 
élections législatives et présidentielle de novembre, a annoncé 
un représentant de l'Onu.  
    La police a par ailleurs fait usage de gaz lacrymogène lors 
d'un défilé à Kinshasa, la capitale.  
    L'opposition et de nombreuses associations ont appelé à 
manifester contre l'arrêt rendu le 11 mai par la plus haute 
juridiction du pays autorisant le président Joseph Kabila à se 
maintenir au-delà de la fin de son mandat si les élections de 
novembre ne peuvent avoir lieu, ce que le gouvernement juge 
probable en raison de problèmes budgétaires et logistiques. 
  
    La manifestation organisée dans la capitale, à laquelle 
plusieurs milliers de personnes ont participé, était autorisée, 
à la différence du rassemblement de Goma, où des tirs à balles 
réelles ont fait un mort et deux blessés parmi les manifestants, 
selon José Maria Aranaz, directeur du Bureau conjoint des 
Nations unies aux droits de l'homme. 
    Un policier a été tué par des jets de pierres, a-t-il 
ajouté, ce que le gouverneur de la province du Nord Kivu a 
démenti.   
    La Constitution interdit au chef de l'Etat de se présenter 
au terme de son second mandat, qui s'achève en décembre. Pour 
l'opposition, les problèmes invoqués pour justifier un éventuel 
report des élections ne sont que des prétextes pour lui 
permettre se maintenir à la présidence.     
 
 (Aaron Ross, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant