Violent réquisitoire contre Hosni Moubarak

le
0
Malgré la grandiloquence du procureur, les familles des victimes n'attendent plus grand-chose du procès de l'ex-raïs.

Après trois mois d'interruption, le procès Moubarak a finalement repris pour trois jours, le temps de la lecture des actes d'accusation. Selon la même scénographie que lors des précédentes auditions, l'ex-raïs, 83 ans, est arrivé au tribunal sur une civière, le visage masqué par d'épaisses lunettes de soleil, tout juste héliporté de l'hôpital militaire, où il est soigné en détention préventive dans la banlieue du Caire.

Le président déchu, l'ancien ministre de l'Intérieur, Habib ­el-Adli, ainsi que six hauts fonctionnaires de la police sont jugés pour leur implication présumée dans la répression sanglante de la révolution de janvier, qui a fait, selon les chiffres officiels, 846 morts et quelque six mille blessés. La cour cherche notamment à établir s'ils ont donné l'ordre de tirer sur la foule durant les dix-huit jours du soulèvement, qui a conduit à la chute de Moubarak. S'ils sont reconnus coupables, ils sont passibles de la peine de mort. Par ailleu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant