Violences policières : un procès qui tombe mal

le
0
Trois policiers sont jugés pour avoir blessé des manifestants en juillet 2009, à Montreuil.
Trois policiers sont jugés pour avoir blessé des manifestants en juillet 2009, à Montreuil.

Sept longues années auront été nécessaires pour que l'enquête, ouverte en 2009 contre deux gardiens de la paix et un brigadier, débouche enfin sur un procès. Trois policiers sont jugés à partir de lundi devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour avoir fait usage de leur Flash-Ball contre des manifestants le 8 juillet 2009 à Montreuil. Plusieurs personnes avaient été blessées lors d'un dispersement, alors même que la situation semblait parfaitement maîtrisée. L'une d'elles, Joachim, a entièrement perdu la vue de son ?il droit, après avoir été touchéau visage par un tir.

Dans un contexte très tendu de grogne policière et alors que les forces de l'ordre réclament depuis des semaines davantage de considération, ce procès ? bien que très attendu ? tombe particulièrement mal. Des collectifs ont déjà fait savoir qu'ils se déplaceraient lundi pour assister à l'ouverture de l'audience. Le climat promet d'être particulièrement lourd. La CIP-IDF (Coordination des intermittents et précaires d'Île-de-France) a dénoncé dans un communiqué l'impunité de la police dans les affaires de ce type, et les méthodes des forces de l'ordre qui consisteraient à « mutiler quelques-uns pour faire peur ». L'Acat, une ONG de défense des droits de l'homme, veut quant à elle amener les pouvoirs publics à réfléchir à la dangerosité avérée de ces armes lorsqu'elles sont mal utilisées.

Des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant